SociétéLa relève enseignante à bout de souffle

Valérie Caya30 octobre 20224 min

Alors que s’exacerbe la pénurie d’enseignants et enseignantes au Québec, la Faculté des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) regroupe des milliers d’étudiants et étudiantes qui pourraient prêter main-forte à leur sortie de l’université. Toutefois, de plus en plus d’entre eux et elles quittent le domaine de l’éducation avant même l’obtention de leur diplôme.

Une partie des personnes étudiant aux baccalauréats en éducation quittent ceux-ci parce qu’elles réalisent que la profession n’est pas faite pour elles, selon l’étudiante à la maîtrise en didactique à l’UQAM Catherine Dalle. D’autres élèves sont forcé(e)s d’abandonner en raison de problématiques vécues durant leur parcours, souvent pendant leurs stages, avance-t-elle. Quatre stages sont à compléter durant la formation. Seulement le dernier, qui est à temps plein, est accompagné d’une compensation financière.

L’étudiante soutient qu’un arrêt de travail est souvent nécessaire pour effectuer chaque stage. Même si les premiers ne sont que d’une durée de six semaines, la situation peut mener à des préoccupations financières considérables. « C’est un privilège d’avoir toutes les ressources nécessaires pour finir des études en enseignement. Il faut encore habiter chez ses parents pour y arriver », croit Mme Dalle.

L’ex-étudiant au baccalauréat en français langue seconde à l’UQAM Samuel Rochon abonde en ce sens. Selon lui, pour la charge de travail demandée, un salaire serait le strict minimum. Les premiers stages demandent d’effectuer 50 ou 75 % de la tâche d’un enseignant ou d’une enseignante, mais les stagiaires doivent tout de même toujours se présenter en classe pour observer et prendre des notes. Les futur(e)s professeur(e)s ont peu de temps libre, puisque leurs soirs et leurs fins de semaines sont consacrés à la planification des cours.

Le professeur au département de didactique de l’UQAM Pierre Chastenay soutient qu’une partie des membres de la communauté étudiante quittent la formation parce qu’ils et elles se font offrir un emploi avant d’avoir terminé leur baccalauréat au vu de la pénurie de main-d’œuvre. En effet, le Québec attendait toujours 140 enseignants et enseignantes dans le réseau scolaire en septembre, d’après un article de La Presse. « Les personnes enseignantes non légalement qualifiées bénéficient d’accommodements, sous la forme de tolérances d’engagement, qui leur permettent d’enseigner sans avoir obtenu de brevet, à condition d’être inscrites dans un programme qui permet son obtention », explique M. Chastenay.

La réalité du terrain

Le cours de gestion de classe est particulièrement remis en question par Mme Dalle et Samuel. Ce cours devrait, selon elle et lui, arriver avant le premier stage pratique et permettre de s’approprier la matière au lieu d’être théorique. « Les premières journées, je me faisais démolir par mes élèves. On aurait dû mieux nous préparer à ce qui nous attendait, croit Samuel. On voit à quel point c’est la misère dans les écoles, ça ne donne pas envie de rester. »

Si la formation des futur(e)s enseignants et enseignantes comporte des lacunes, le milieu professionnel a aussi sa part de responsabilité, rapporte M. Chastenay. « Les derniers arrivés se retrouvent souvent avec les classes les plus difficiles », témoigne-t-il. Les corps enseignants, les directions des écoles, les commissions scolaires et les syndicats devraient faire plus d’efforts pour soutenir ceux et celles qui en sont à leurs premières classes, selon lui. Même son de cloche du côté de Samuel, qui a observé lors de ses stages que personne n’avait de temps pour le guider.

Un manque de reconnaissance

Catherine Dalle constate qu’il y a du mépris envers les enseignants et les enseignantes. Elle dénonce que le gouvernement « ne les aime pas assez » pour leur donner des conditions acceptables. La profession enseignante avait pourtant été déclarée essentielle durant la pandémie. « On voit l’enseignement comme une vocation, il faudrait se donner corps et âme et travailler des heures supplémentaires, mais en échange, on ne nous donne rien, pas même des classes meublées ou bien éclairées », déplore-t-elle.

Mme Dalle croit que les parents des élèves ont eux aussi une vision péjorative du métier, puisqu’ils ne sont pas conscients des défis auxquels les professeur(e)s font face quotidiennement.

Pour augmenter le taux de rétention dans la profession, M. Chastenay recommande de « mieux rémunérer les personnes enseignantes et de rehausser la reconnaissance et le prestige de cette profession, qui joue un rôle central dans notre société ».

Mention photo : Lucie Parmentier|Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *