SociétéCes parents qui regrettent de l’être

Éloïse Gauthier Lamothe24 janvier 20225 min

Rares sont les parents qui admettent regretter la venue au monde de leurs enfants ; la peur du jugement, par exemple, alimente ce tabou persistant. Lentement mais sûrement, certain(e)s tentent d’ouvrir le dialogue pour aborder l’indiscutable.

Béatrice*, 23 ans, est mère de jumeaux en bas âge. Bien qu’elle adore ses enfants, elle ne peut s’empêcher d’éprouver des regrets quant aux circonstances dans lesquelles elle les a eus. « Ce n’est pas que je n’aime pas mes garçons, mais si je pouvais refaire les choses autrement, je choisirais probablement d’attendre avant de les avoir. […] C’est sûr que ça chamboule ta vie », partage-t-elle.

Béatrice n’est pas seule dans cette situation : de plus en plus de mères osent exprimer leurs regrets, selon le livre de la sociologue israélienne Orna Donath publié en 2015. Son étude Le regret d’être mère a été dans les premiers à mettre en évidence la pression du rôle maternel et le dévouement attendu des femmes par le biais d’une enquête de terrain. Au cours de son travail, Mme Donath a interrogé 23 femmes âgées de 25 à 75 ans, toutes partageant le même sentiment : celui de ne pas être à la hauteur de leur parentalité.

« Pas ce qu’ils pensaient »

« Dans la société en général, il y a une pression immense qui est [mise] sur la performance », explique la travailleuse sociale Roxanne Hardy, qui a œuvré à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) pendant plusieurs années. « Ça peut devenir difficile de se sentir compétent, et ça peut amener des regrets », ajoute-t-elle.

Souvent, les attentes que les gens se créent à l’égard de la parentalité ne correspondent pas à la réalité. « Des fois, les parents se rendent compte que ça ne leur amène pas ce qu’ils pensaient. Un enfant, ç’a des besoins, c’est un gros investissement de temps et d’énergie », raconte Roxanne Hardy.

Pour certains parents, c’est le nombre d’enfants qui engendre un sentiment d’amertume. « Après un troisième ou un quatrième, ils peuvent se sentir dépassés », relate Gérald Boutin, professeur au département d’éducation et de formation spécialisées de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et docteur en anthropologie et en psychopédagogie. « Le regret provient alors du fait qu’on doit consacrer beaucoup de temps aux enfants, alors qu’on pourrait utiliser ce temps-là pour faire autre chose », précise-t-il. Le manque de compétences, les différends dans le couple ainsi que les difficultés financières sont aussi quelques-unes des raisons pouvant entraîner le regret d’avoir enfanté.

Un tabou qui perdure

Si de plus en plus d’études et d’essais sont publiés à ce sujet, les regrets parentaux restent toujours tabous aux yeux de la majorité. Encore aujourd’hui, peu de parents osent exprimer leur contrariété d’avoir eu des enfants. « C’est extrêmement tabou, explique Roxanne Hardy. C’est quelque chose dont les parents ont honte, parce que c’est quand même un rôle social qui est valorisé, être parent, en 2021. »

La crainte du jugement des autres et le malaise entourant les accrocs familiaux contribuent aussi à ce silence sociétal. « J’ai l’impression qu’entre parents, on n’ose pas aborder ce sujet-là. Même si la plupart des gens ont des difficultés avec leurs enfants, personne ne va admettre de regretter. C’est un mot qui choque », raconte Béatrice.

C’est souvent cette illusion de perfection qui pousse les parents à taire leurs insécurités. « On voit la famille comme étant une oasis où l’on va se ressourcer […] Alors que ce n’est pas toujours le cas », déclare le Dr Gérald Boutin. « Aucun enfant n’est parfait, et il ne faut pas hésiter à aller chercher de l’aide. »

Normaliser les regrets

Bien que les données explorant ce sujet soient rares, le regret d’avoir des enfants est un phénomène relativement commun. Au Canada, le taux de parents qui regrettent de l’être varie de 3 à 20 % selon certaines études. « Quand tu es parent, tu veux montrer seulement les bons côtés de ta vie familiale. C’est rare que des parents disent ouvertement qu’ils ont de la misère avec leurs enfants. […] Si c’était moins mal vu, c’est certain que les gens en parleraient plus », estime Béatrice.

Pour Roxanne Hardy, il est toutefois possible de renverser le statu quo et de briser les tabous entourant ce phénomène. « La première étape, c’est d’écouter, de ne pas juger. […] C’est honteux comme discours, et il reste beaucoup de normalisation à faire par rapport à la parentalité », conclut-elle.

*Prénom fictif afin de préserver l’anonymat

Mention photo Édouard Desroches | Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *