CultureUn saut dans L’abîme

Fannie Arcand16 décembre 20213 min

La quintette jazz L’abîme a foulé la scène de L’Escogriffe Bar le 7 décembre dernier à l’occasion du lancement de leur album éponyme. Après une première partie planante signée Viñu-vinu, le groupe a interprété avec dynamisme ses compositions modernes et inspirantes.

Sous un éclairage aux couleurs chaudes, le compositeur et musicien Viñu-vinu a entamé le spectacle avec des chansons tirées de son album électronique Exilio Transitorio. Les morceaux du compositeur, qui mélangent percussions puissantes et synthétiseurs avec une sensibilité épurée, ont offert à cette première partie une ambiance hypnotique.

L’atmosphère était chaleureuse et décomplexée quand les cinq musiciens de L’abîme ont pris place sur scène. Sans tarder, le groupe a entonné Requiem, le premier titre de son album, qui a ouvert le bal avec sa sonorité élégante aux influences classiques, marquée par les volutes des saxophones d’Alex Dodier et de Gabriel Genest.

Les musiciens ont interprété les morceaux, toutes des compositions du pianiste Jonathan Turgeon, avec une énergie fébrile et une complicité manifeste. La chanson éponyme de l’album, L’abîme, mérite une mention spéciale ; débutant avec un intrigant solo du contrebassiste Hugo Blouin, l’oeuvre met à l’avant-plan un piano poétique aux figures rythmiques variées, soutenu par la batterie à la fois délicate et tonique de Jean-Philippe Godbout.

Un lancement post-lancement

S’il s’agit d’un premier album pour L’abîme, les musiciens du groupe jouent ensemble depuis plusieurs années. Entre 2015 et 2017, le pianiste et compositeur Jonathan Turgeon, le contrebassiste Hugo Blouin et le batteur Jean-Philippe Godbout ont produit deux albums sous le nom Jonathan Turgeon Trio. En 2018, le collectif a gagné le Prix Étoile Stingray lors du Festival international de Jazz de Montréal.

Peu après, le saxophoniste/clarinettiste Gabriel Genest et le flûtiste/saxophoniste Alex Dodier se sont greffés au groupe qui est ainsi devenu L’abîme. « L’album est né parce que j’ai écrit de la musique, et j’avais le goût de la jouer avec eux. […] Il est né de mon côté, mais il a pris forme avec eux », résume Jonathan Turgeon.

Le jazz acoustique est le liant de tous les morceaux de l’album, mais plusieurs genres influencent également la musique de L’abîme. « On joue du jazz, mais on n’est pas loin de plein d’autres musiques éclatées. […] Le classique contemporain, le rock qui groove, le rock progressif, ce sont tous des influences qui habitent les compositions de Jonathan et les interprétations qu’on fait », souligne Hugo Blouin. 

En entrevue avec le Montréal Campus, les musiciens de L’abîme ont décrit cette soirée comme un « lancement artificiel », puisque ce premier album a d’abord été dévoilé le 23 avril 2021. Comme ce fut le cas pour nombre d’artistes, L’abîme a été contraint de lancer son album dans le respect des mesures sanitaires. « C’était dommage, habituellement ça fait une belle conclusion d’inviter ses amis à voir le show, mais là on pouvait juste filmer le vinyle joué en Live Facebook et le regarder chacun chez nous », explique Alex Dodier.

Depuis avril, le groupe rattrape le temps perdu. En juin dernier, L’abîme a joué la première partie de Maky Lavender au MTELUS. Les musiciens ont ensuite continué, avec un spectacle donné à Rimouski, en septembre dernier. Le spectacle du 7 décembre à L’Escogriffe Bar donnait le coup d’envoi à leur tournée de lancement. L’abîme et Viñu-vinu seront aussi de passage le 16 décembre à Trois-Rivières et le 17 décembre à Sherbrooke.

Mention photo Éthel Laurendeau

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *



À lire aussi