UQAMFaire ses études supérieures en temps de pandémie

Roxanne Lachapelle3 avril 20214 min

Si les études à distance amènent leur lot d’avantages, la pandémie est, pour plusieurs, un obstacle majeur à la réalisation de leur mémoire ou de leur thèse. De l’inaccessibilité des sources à la perte de motivation, les étudiants et étudiantes des cycles supérieurs doivent apprendre à faire face à une pléthore de défis.

« C’est un défi de garder l’intérêt des étudiants, de s’assurer que leur cheminement puisse se faire de la façon la plus facile possible », estime le directeur de thèse et de mémoire du département de science politique de l’UQAM Alain-G. Gagnon. Le professeur affirme qu’à l’automne 2020, près du quart des étudiants et des étudiantes ont quitté la maîtrise en science politique, alors qu’à l’habitude, c’est seulement le cinquième qui l’abandonne. 

« On sent définitivement un désengagement de la part des étudiants », affirme l’étudiante à la maîtrise profil recherche-intervention en sexologie à l’UQAM Gabrielle Morin, qui fait également partie du comité et de l’association étudiante de son programme. Elle note qu’il y a davantage de demandes d’extensions, que les étudiants et étudiantes de première année regrettent le manque de cohésion et que le taux de participation à l’évaluation de l’enseignement est particulièrement bas.

Quand les sources ne sont plus au rendez-vous

Pour la candidate au doctorat en études urbaines de l’UQAM Sahar Ghasemshasi, la pandémie complique l’obtention de son visa pour venir étudier au Canada, l’obligeant à rester en Iran pour le moment. En plus de cette difficulté, entrer en contact avec différentes personnes dans le cadre de ses cours et de sa thèse est parfois complexe. « J’ai beaucoup de problèmes afin de trouver mes sources, c’est très difficile pour moi », indique-t-elle.

C’est une difficulté qu’éprouve également Gabrielle Morin, qui s’intéresse à l’éducation de la sexualité en contexte multiculturel au primaire. Ayant commencé sa maîtrise à l’automne 2019, elle avait au départ un bon réseau au niveau des commissions scolaires, mais la pandémie est venue complexifier les choses. « Aucune école n’a voulu participer puisque les écoles se sont refermées sur elle-même [et que] les enseignants sont débordés. Ça rend les choses beaucoup plus compliquées pour ce qui est de mon recrutement », explique-t-elle.

La crise sanitaire l’oblige également à devoir se réinventer quant à la collecte de données auprès de ses sources. Si, à la base, elle voulait faire des groupes de discussion en présentiel, elle croit que l’utilisation des différentes plateformes technologiques peut s’avérer bénéfique pour elle, pouvant rejoindre certaines sources plus facilement par Internet. « Je pense que ça va vraiment être un plus que moi que je n’aurais pas été capable d’aller chercher auparavant », estime-t-elle.

Ainsi, même si les défis sont nombreux, la situation actuelle amène tout de même quelques points positifs. Par exemple, la candidate au doctorat Sahar Ghasemshasi se réjouit de la flexibilité que permet l’enseignement à distance, étant présentement en Iran. « Je suis très heureuse parce que mes professeurs changent l’heure [des rencontres]. Ça m’aide beaucoup. »

Difficultés de communication

À l’inverse, la relation entre l’étudiant et l’étudiante et son directeur ou directrice de thèse ou de mémoire peut aussi être affectée par le fonctionnement à distance des cours et des rencontres. Pour Gabrielle Morin, maintenir un contact avec sa directrice s’avère si difficile que la frustration qui en émerge affecte sa motivation: « Avant je pouvais la relancer directement à son bureau pour qu’on puisse prendre le temps de discuter – ce qui me permettait de m’affirmer davantage dans la discussion – mais maintenant c’est plus difficile », déplore l’étudiante.

Pourtant, certain(e)s réussissent à maintenir un contact favorable à la réalisation d’un mémoire ou d’une thèse. Le professeur Alain-G. Gagnon explique qu’il tente de maintenir la même dynamique avec ses étudiants et étudiantes. Pour se faire, il organise tous les mois des conférences où ils et elles ont la possibilité de poursuivre leurs échanges ensemble avec leur directeur. Il offre également des plages horaires pour des rencontres tous les mardis après-midi et répond rapidement à ses courriels. « Les étudiants ne sont jamais dans le vide », dit-il.

Mention photo Édouard Desroches | Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *