UQAMPayer pour ses stages: des étudiant(e)s demandent des explications

Samira Ait Kaci Ali23 février 20215 min

Trouver son stage soi-même ou bénéficier d’un encadrement professionnel inégal d’un programme d’étude à l’autre : plusieurs étudiants et étudiantes de l’UQAM digèrent mal les frais de scolarité associés à leur stage malgré les explications fournies par l’établissement d’enseignement.

D’emblée, le directeur du programme de journalisme Patrick White affirme que « selon les règles de l’UQAM, un stage, c’est un cours. Au lieu de passer 45 heures en classe avec l’enseignant, les stagiaires profitent de 140 heures de formation sur le terrain. » Pour la majorité des directeurs et des directrices des programmes où les stages en milieu professionnel sont obligatoires, le coût de ces cours est donc fondé. 

De plus, une partie du montant déboursé pour les stages par les élèves couvre les frais d’assurances. « Tous les étudiants en stage sont assurés par l’UQAM en matière de responsabilité civile et professionnelle, on parle ici de bris d’équipement par exemple », confirme la superviseure des stages dans le baccalauréat en télévision, Margot Ricard. « Les stagiaires sont également couverts en cas d’accident de travail du côté de la CNESST », ajoute cette dernière. 

Des frais qui surprennent

« J’ai été très surprise quand j’ai vu qu’on avait ajouté mon stage à ma facture pour le trimestre », s’est étonnée Éloïse Lamothe, étudiante en journalisme. « Je suis perplexe en voyant ces frais et je me demandais pourquoi je devais payer le même prix pour un cours où la majorité de l’enseignement n’est pas donné par l’UQAM », ajoute-t-elle. 

Éloïse est loin d’être la seule étudiante à éprouver de la confusion à l’égard des coûts pour les cours de stage à l’Université. L’étudiant en gestion et design de mode à l’École des sciences de la gestion (ESG) Adrien Roche s’est également retrouvé dans une situation similaire.  

« Sur ma facture, 880 $ sont attribués à mon cours de stage qui vaut pour 9 crédits et pour lequel je dois accumuler un total de 440 heures de travail auprès de mon employeur », explique celui qui est également stagiaire au Festival mode & design. « Je me suis rendu compte que l’UQAM me chargeait par crédit alors ça devient très dispendieux, très rapidement. », précise Adrien. 

Géraldine Joseph, étudiante en journalisme, raconte avoir été sous le choc lorsqu’elle a reçu sa facture de 293,49 $ pour son cours. « Je venais de me trouver un stage moi-même, je prends ma voiture toutes les semaines pour aller à Montréal, je ne suis pas rémunérée pour ce stage et en plus je dois payer pour ça. Ça m’a vraiment choqué! » 

Ainsi, l’étudiante en journalisme soulève plusieurs enjeux auxquels font face de nombreux stagiaires universitaires, notamment en ce qui a trait à la non-rémunération des stages.  

L’étudiant en enseignement de l’art dramatique Samuel Rodier partage les mêmes inquiétudes financières. « Mon stage dure un mois consécutif et je ne serai pas rémunéré pour mon travail. C’est une grande perte d’argent, car je dois quand même payer mon loyer et mes études, justement », explique l’étudiant.

Une réalité économique difficile pour plusieurs

En réaction à ces frais inattendus, plusieurs étudiant(e)s interrogé(e)s se demandent si ces derniers sont justifiés. Beaucoup ont le sentiment que l’UQAM est peu impliquée tant au niveau de la recherche des stages que de l’encadrement des stagiaires, et ce, dans plusieurs programmes.  

Par exemple, l’étudiant en gestion et design de mode Adrien soutient qu’il a eu « de gros problèmes avec l’université quand est venu le temps de trouver un stage. »  Au moment où la période de recherche débutait, il n’y avait aucun stage dans la banque destinée à son programme. Il explique qu’il a obtenu son stage grâce à ses propres contacts.

La directrice du baccalauréat en enseignement secondaire, Julia Noyet, tient à préciser que les stagiaires sont pris en charge dans sa faculté. « À la faculté des sciences de l’éducation, c’est le Bureau de formation pratique (BFP) qui a le mandat de placer tous les stagiaires, c’est une tâche ardue qui prend beaucoup de temps », assure-t-elle.

Mme Noyet rappelle aussi que les superviseur(e)s de stages doivent s’occuper des évaluations. Notamment, ils et elles doivent se déplacer et évaluer les stagiaires dans leur milieu de travail. Ces frais sont donc couverts par l’université. 

La tâche de superviseur

Concernant l’encadrement des étudiants et des étudiantes, le directeur du programme de journalisme Patrick White affirme qu’il s’agit d’une tâche extrêmement délicate qui nécessite énormément d’organisation et de temps pour le personnel enseignant. « L’UQAM garantit des stages et une supervision quotidienne. Il ne faut pas non plus négliger le travail des professeurs qui ont une lourde tâche de correction », précise le directeur de programme.

Madame Ricard rappelle que son travail consiste à guider les élèves à travers leur stage, mais aussi à défendre leurs intérêts professionnels et académiques.  « Ma tâche la plus importante est de servir d’intermédiaire entre le stagiaire et l’employeur afin de favoriser une ambiance de travail agréable », soutient cette dernière.

« Je comprends qu’on paie pour un service, mais selon moi, les frais devraient être plus adaptés aux réalités financières des élèves, surtout en temps de pandémie où nos superviseur(e)s ne peuvent pas nous évaluer sur place », note l’étudiant en enseignement de l’art dramatique Samuel Rodier, qui trouve tout de même que ces coûts sont exagérés. 

« Au final, je trouve juste ça un peu cher pour la qualité de temps qu’on passe avec le professeur », laisse entendre l’étudiant en gestion et design de mode Adrien Roche, qui aimerait comprendre pourquoi on lui charge son cours selon le nombre de crédits. Ainsi, ces étudiant(e)s demandent plus de transparence et de clarté de la part de l’université en ce qui a trait aux frais de scolarité liés aux cours de stage. 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *