Méfaits diversOpinionLa sphère médiatique québécoise en manque de représentation corporelle

Avatar Andréa Spirito30 octobre 20204 min

L’état des lieux de la représentation corporelle dans les médias au Québec est peu réjouissant. On se rend vite compte que l’on peut compter sur les doigts d’une main les personnes grosses à l’écran. Et si l’on regarde d’un peu plus près, c’est bien plus rare de voir une femme parmi cette minorité. 

https://aqper.com/fr/concours-etudiant-2021

Avec l’arrivée de Julie Munger dans la nouvelle saison d’Occupation Double, la production de l’émission a été secouée par des messages qui dénoncent l’instrumentalisation des personnes grosses. L’instrumentalisation – aussi appelé tokénisme – est la pratique selon laquelle un organisme ou un groupe a recours à l’inclusion symbolique des personnes des minorités afin de pouvoir échapper aux accusations de discrimination. Ces organismes ne font donc pas d’efforts pour inclure réellement ces individus par la suite.

Dans une enquête menée en avril 2018 par Véronique Lauzon de La Presse qui fait état de la place des femmes dans la sphère médiatique, la journaliste constate que : « [Le] dépouillement des trois quotidiens montréalais [Le Devoir, Le Journal de Montréal et La Presse+] a démontré que seulement une personne sur quatre nommée dans un titre ou apparaissant en photo à la une était une femme. » Un constat qui appuie déjà que les femmes soient moins présentes dans la sphère médiatique, alors imaginons le pourcentage de femmes grosses.

Ces événements d’actualité ont fait naître un questionnement. Qu’en est-il des femmes grosses en tant qu’animatrices de bulletins de nouvelles ou journalistes? Sont-elles nombreuses? Sont-elles correctement incluses dans les salles de nouvelles? En tant que personne issue de cette minorité, ce sont des questions qui restent en suspens quand le constat est évident : il manque cruellement de diversité corporelle.

La grossophobie, un fléau systémique 

Certaines personnes peuvent penser que la discrimination se trouve seulement chez les agences de mannequins qui arrêtent le recrutement à la taille XS. C’est se mettre le doigt dans l’oeil si l’on pense que les salles de nouvelles ne font pas la même chose. Faisant partie de cette minorité et ayant comme vocation d’être journaliste, je ne me suis jamais sentie représentée dans ce domaine. Par exemple, au bulletin de nouvelles, je n’ai pas souvent trouvé quelqu’un qui me ressemblait.

Le risque qui s’installe quand on est une personne grosse et que l’on devient un personnage médiatisé, ce sont les attaques grossophobes. La grossophobie est le terme désignant les personnes qui stigmatisent et discriminent les personnes grosses, en surpoids ou obèses. Les attaques grossophobes sont communes. Avec l’arrivée des réseaux sociaux, il est encore plus facile d’attaquer une personne médiatisée sur son physique. 

Toutefois, il est nécessaire d’inclure pour ne pas instrumentaliser. Car les risques de mauvaises inclusions ne sont pas moindres. Dans cette course à la représentation, il est important d’inclure correctement ces personnes issues des minorités visibles. 

Intégrer des personnes grosses dans les équipes, c’est aussi éduquer les équipes médiatiques sur la problématique de la grossophobie. Cet enseignement permettrait d’arrêter l’instrumentalisation de ces personnes afin qu’elles soient embauchées pour leur travail au lieu de jouer le rôle du personnage de la diversité. 

 Les femmes bien plus touchées

 La discrimination physique est la réalité des personnes grosses et l’existence des femmes grosses en particulier. Car même si les hommes gros sont sujets à cette discrimination, les femmes grosses sont bien plus touchées puisqu’elles se doivent de représenter les standards de beautés qui leur sont étiquetés.

 Ainsi, vous verrez sûrement plus d’hommes gros à la télévision que vous verrez de femmes rondes. Parce que la femme a encore une centaine d’étiquettes collées dans le dos qui lui impose la beauté, mais selon les standards de la société, il faut qu’elle soit mince ou pas trop grosse sinon elle ne rentre pas dans l’idéal attendu, à tort, par la société. Elle doit faire attention à sa santé, ce qui insinue qu’être gros c’est avoir de mauvaises habitudes alimentaires. 

Le mémoire de maîtrise de Laurine Aicha Anna Benjebria, ancienne étudiante en communication à l’UQAM, qui a comme sujet la représentation des femmes dans la presse française et québécoise est une mine d’or. Son travail fait écho à la représentation physique qui est faite des femmes. L’une des phrases qui conclue son résumé et ses recherches est : « la femme occupe un espace moindre et limité, au sein duquel elle est encore décrite selon ses attributs physiques, son âge et sa condition familiale ou matrimoniale. » Autrement dit, elle doit être mince, mariée et avoir des enfants.

Encore une fois, ces constats ne sont que des préjugés systémiques qu’il faut déconstruire afin que toutes les femmes grosses puissent trouver leur juste place sur nos écrans et dans les salles de presse. Il y a encore du chemin à parcourir, mais les esprits s’ouvrent, et les journalistes rondes sont prêtes à prendre leur juste place au sein de ces établissements médiatiques. Encore faut-il leur laisser une place.



 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *