CultureFrancouvertes 2019 : P’tit Belliveau et Les Grosses Coques prennent les devants

Avatar Camille Avery-Benny16 avril 20192 min

C’est le country irrésistible de P’tit Belliveau et Les Grosses Coques qui a retenu l’attention lors de la première soirée des demi-finales des 23es Francouvertes, qui avait lieu lundi soir au Lion d’Or.

Le charismatique P’tit Belliveau s’est présenté sur scène avec ses musiciens, Les Grosses Coques, tous vêtus de pantalons de sport, de cols roulés et de verres fumés. « Sorti de son hibernation », le Néo-Écossais d’origine a manipulé habilement son banjo, synchronisant ici et là certains mouvements de danse à ceux des Grosses Coques avec un plaisir contagieux.

Pour son deuxième spectacle à Montréal, la formation a offert deux chansons inédites à un public indéniablement séduit. Le country entraînant du quintetette n’a laissé personne indifférent, projetant P’tit Belliveau et les Grosses Coques au premier rang du nouveau classement provisoire.

Poésies rock

Les jambes croisées sur son tabouret, Anaïs Constantin, première concurrente de la soirée,  a été accueillie avec entrain par la foule réunie sur la rue Ontario. « Calmez-vous ! », a lancé la Sherbrookoise avant d’ajouter : « non non, c’est correct, c’est le fun. »

Avec une fébrilité attachante, la demi-finaliste et sa guitariste Émilie Proulx ont livré sept chansons, dont deux fraîchement composées. Empreints de sensibilité, les textes mettant en scène le quotidien d’Anaïs Constantin ont touché le public et le jury par leur simplicité sympathique. Le charme décontracté de la demi-finaliste, assorti à ses douces mélodies, lui a valu la troisième place du palmarès de la deuxième ronde des Francouvertes.

Encore une fois accompagné par Marie Claudel à la guitare, Baumans à la basse et Charles-Antoine Olivier à la batterie, Thierry Larose a quant à lui offert cinq chansons au rock intermittent. Bien qu’en symbiose avec ses musiciens et musicienne pour la majorité de la prestation, l’auteur-compositeur-interprète a toutefois pris d’assaut la scène en solo, le temps d’une chanson, avec comme seul accompagnement sa guitare.

C’est dans une salle silencieuse qu’il a interprété la douce pièce Cache-cou, accompagné au refrain par une spectatrice, avant de retrouver son groupe pour une finale pop-rock bien dosée. La poésie délicate mariée aux élans de rock intense a soulevé la foule, qui a réservé à la formation la deuxième place au palmarès.

La soirée s’est ouverte par la demi-finaliste de l’édition 2018 des Francouvertes, Laura Babin, venue présenter des pièces inédites, qui figureront sur son premier album à paraître le 28 mai, mettant en vedette sa voix aérienne ainsi que des airs rock.

Les demi-finales se poursuivent mardi et mercredi au Lion d’Or, où performeront notamment O.G.B et Poulin, qui siégeaient en tête du palmarès de la ronde préliminaire.

photo : FRANÇOIS-ALEXIS FAVREAU MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *