À la uneSociétéDessine-moi une démocratie

Avatar Geneviève Jetté29 janvier 20163 min

D’un esprit aussi aiguisé que la mine du crayon qu’ils tiennent en main, les caricaturistes de presse noircissent la ligne mince entre la censure et la liberté d’expression. Certains de ces dessinateurs outrepassent la feuille de papier pour s’engager socialement, afin de faire passer leur message autrement.

Selon la traduction italienne du mot «caricature», la caricatura signifie «charger de manière exagérée», ce qui définit d’entrée de jeu le rôle du message dans l’illustration. La conférence «Libérez vos crayons» organisée le 20 janvier par le Groupe de recherche sur l’Observatoire de l’imaginaire contemporain (OIC) de l’UQAM, avait justement pour but de définir la place et l’impact de la caricature dans la société.

Aux yeux de l’illustrateur au journal français Le Monde, Plantu, l’incompréhension d’une caricature doit impérativement faire l’objet de discussion. «Il y a des gens qui ne rigolent pas [des caricatures]. L’incompréhension provoque la frustration chez certains, ce qui peut les mener à casser des vitrines, et même à briser des vies», a-t-il souligné. Donc, le but, c’est d’en parler.»

Certains caricaturistes se donnent pour mission de valoriser l’échange et la réflexion associées au dessin dans la société actuelle. Depuis 2006, le réseau international de dessinateurs de presse engagés nommé Cartooning for peace / Dessins pour la paix, se promène dans les écoles à travers le globe pour inciter les jeunes à s’exprimer librement en dessinant. «On s’aperçoit que dans ces institutions, ils n’osent pas dire certaines choses», a expliqué le dessinateur. Selon lui, non seulement cet exercice permet à la jeunesse d’aujourd’hui d’extérioriser ses idées sans censure, mais il crée un langage universel allant au-delà du bagage culturel.

Humour d’humeur

La caricature voyage facilement à travers les langues et les cultures, même si les tabous déconstruits dans les dessins restent propres à chaque société. «Le dessinateur doit toujours faire attention, car la caricature peut faire preuve d’humour pour certains et peut être une attaque pour d’autres», a précisé Josée Desforges, doctorante en histoire de l’art à l’UQAM.

L’engagement social de la caricature ne fait pas toujours partie intégrante du métier d’illustrateur de presse. «[Au Québec], les caricaturistes ont leur propre censure et c’est correct d’être un peu plus soft. La caricature n’est pas toujours une arme extrême», a nuancé Josée Desforges. Pour YGRECK, caricaturiste au Journal de Québec, plus le lecteur s’attarde à la caricature, plus celui-ci dénature le propos du dessin. «Il vaut mieux que la caricature reste légère. Elle n’est qu’un clin d’oeil de l’actualité, a-t-il justifié. On ne veut pas nécessairement changer le monde, mais plutôt faire réfléchir les gens selon notre humeur».

Le dessinateur rappelle que la caricature au Québec n’est pas une prouesse humoristique, mais bien l’appropriation comique d’un évènement de l’actualité par un citoyen avec un certain point de vue. Bien qu’elle soit ancrée dans un contexte journalistique, «la caricature permet d’amener le journal ailleurs, grâce aux lunettes tordues des illustrateurs qui ont une autre vision de l’actualité», a spécifié YGRECK.

Réalité noire sur fond blanc

Malgré les divergences d’engagement social des dessinateurs d’ailleurs, la société actuelle réclame encore et toujours les illustrations de presse. «En Russie, par exemple, les gens ont besoin de la caricature pour constater les failles de leur société», a expliqué Josée Desforges. Au Québec, a-t-elle ajouté, les journalistes pointent déjà ces failles du doigt, donc le rôle du caricaturiste diffère.

Si la caricature a toujours sa place dans les journaux, c’est que la population lui confère toujours une importance. Comme l’a formulé Josée Desforges, la caricature est un exutoire qui permet au lectorat de «sortir» des nouvelles qui ne sont pas toujours bonnes. «On veut encore rire de l’actualité et je ne crois pas que cela risque de disparaître de sitôt», a-t-elle complété.

 

Photo: Catherine Legault

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *