À la uneSociétéOnhwentsa’: le combat des uns, pour l’avenir des autres

Avatar Jean-Philippe Guilbault24 novembre 20153 min

Venus d’un océan à l’autre et même de Colombie, les représentants autochtones présents à la conférence Territoires en bataille, le 17 novembre à l’UQAM, s’entendaient tous pour mettre les intérêts des générations futures devant les profits promis par l’industrie extractive et pétrolière.

Organisé par le Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC), le panel cherchait à sensibiliser les intéressés aux luttes autochtones face à l’industrie minière et aux projets de pipelines. Pour l’occasion, une foule plus importante que ce qu’avaient prévu les organisateurs s’est massée mardi soir dernier dans la Chaufferie du pavillon des Sciences de l’UQAM. Les animatrices ont rappelé que l’on se trouvait sur un territoire non-cédé par le peuple mohawk puisqu’aucun traité de cession n’a été signé entre le gouvernement et la nation autochtone par rapport à la Chaufferie.

«L’UQAM est un milieu très politique et politisé», avance Florence Tiffou, porte-parole du PASC, pour expliquer la popularité de l’événement. «Le fait d’avoir réuni plusieurs mouvements autochtones pour les relier les uns aux autres» est également un facteur ayant suscité l’intérêt du public, selon elle. Membre du groupe de recherche d’intérêt public (GRIP) de l’UQAM, le PASC a pu profiter de cette association entre initiatives étudiantes pour faciliter la gestion de l’événement.

Sept panélistes ont été invités à discuter des différentes luttes en Colombie-Britannique, au Québec et en Ontario. Un délégué des autorités traditionnelles du peuple U’wa de Colombie était également présent. «Nous sommes des peuples de lutte, des peuples de combat, des peuples de résistance», a déclaré d’emblée en espagnol Felipe Ucacia, accompagné d’une traductrice.

La passation culturelle

Bien que les nations soient affectées de manières différentes par l’exploitation de leur territoire ancestral (coupes forestières, exploitations minières, tracés de pipeline), elles sont toutes soucieuses du sort des citoyens de demain, autochtones ou non. «Si nous n’avons plus accès à nos terres sacrées, nous ne pouvons plus transmettre notre culture», s’est désolée Shannon Chief, de la Nation algonquine du Bassin-Versant de la Rivière des Outaouais, dans la région d’Ottawa. Le territoire de cette nation est d’ailleurs menacé par la construction de condominiums.

Toghestiy, le chef héréditaire des Likhts’amisyu, en Colombie-Britannique a aussi insisté sur la responsabilité de chacun afin de préserver l’environnement pour les plus jeunes. «Que comptez-vous faire pour assurer la survie des générations futures?», a-t-il demandé à l’assistance en appuyant chacun de ses mots. Le ton avait été donné dès le départ avec la lecture d’un poème par la militante innue Natasha Kanapé Fontaine. «La bataille est noir pétrole. […] Le visage est rouge combat», a-t-elle clamé dans un silence et un respect qui, l’a-t-on répété, est trop souvent absent lorsqu’il est question des enjeux des Premières nations.

Photo : SubMedia

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *