À la uneCultureUtopie dystopique

Avatar Alexis Boulianne30 octobre 20153 min

Les fondations du rêve américain s’effritent, l’humanité émerge des ruines du 21e siècle, dépourvue de sens et déconnectée d’elle-même. Présentée aux Écuries partir du 3 novembre, la pièce Everybody knows this is nowhere aborde les défis qui guettent le genre humain en quête d’identité .

Antidote 10

Mise en scène par le directeur artistique de la compagnie Theatre Junction, l’Albertain Mark Lawes, Everybody knows this is nowhere est à la fois théâtre, danse et création multimédia, et s’apparente plus à une expérience qu’à une pièce de théâtre. «La performance n’est jamais la même, on change les scènes constamment, raconte Lawes. L’inspiration elle-même est née de l’improvisation, ici à Montréal l’année dernière.»

L’influence de Nietzsche, qui oscille entre le dernier homme et le surhomme, entre la dystopie et l’utopie, est un concept central de l’œuvre. «C’est une zone grise dans l’espace-temps, tout comme dans l’histoire. On veut vraiment provoquer un questionnement quant à l’avenir de l’humanité, on n’apporte pas de réponses», explique Mark Lawes, qui a co-écrit la pièce aux côtés de Raphaële Thiriet.

La publicité et la propagande du rêve américain sont au cœur de ce récit antéchronologique, qui promet de briser le quatrième mur et de faire interagir le public. «Le marketing nous dicte comment nous habiller, quoi manger, quoi faire. Que serait l’humain sans la publicité?», questionne le metteur en scène.

Luc Bouchard-Boissonneault (Love Project et Une courte histoire de la folie) est l’un des trois comédiens qui participe à l’expérience Nowhere. Nageant à contre-courant des conventions dramatiques, il n’incarne pas un personnage, mais bien des idées. «Il n’y a pas de trame narrative, alors je représente des idées, je change de forme au gré des concepts que j’apporte, s’émerveille le comédien. Le plus excitant c’est que le public va vraiment influencer les réactions des acteurs».

La pièce Everybody knows this is nowhere est présentée au Théâtre aux Écuries du 3 au 7 novembre.

Photo : Bande-annonce de Everybody Knows this is Nowhere, Vimeo.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *