À la uneCultureLe bonheur dans la vulgarité

Avatar Philippe Lemelin25 septembre 20153 min

Affublés de masques et de faux noms sympathiques, les quatre jeunes musiciens montréalais quelque peu mystérieux qui forment le groupe VULGAIRE lanceront leur premier album intitulé Heureuse le 2 octobre prochain.

Il faut dire que VULGAIRE (rien à voir avec les Machins) n’est pas tout à fait nouveau. Les quatre mélomanes jouaient déjà ensemble sous le nom de Vulgar, You et ont produit un album, Fais-moi cuire fais-moi jouir, en 2011. Malgré ce que peut laisser penser le titre, les paroles sont chantées en anglais. Quatre ans plus tard, Vulgar, You se convertit à la langue de Molière et VULGAIRE fait son apparition.

Définie comme étant « sans-âme », la musique de VULGAIRE a de quoi intriguer. Le mélange du punk, du dance et de la musique de garage donne un résultat assez explosif. La basse et la batterie, toujours à l’avant-plan, martèlent des rythmes rapides et agressifs. La guitare et le clavier laissent résonner des mélodies quelque peu dissonantes ou créent des ambiances sinistres. La voix vaporeuse du chanteur complète cet ensemble éclectique, étrange et sombre, mais franchement unique.

Heureuse est un album qui déconcerte à la première écoute. Ce n’est pas une musique faite pour plaire à tous et c’est ce qui la distingue. Si l’originalité est au rendez-vous côté style, l’album de 10 pistes devient redondant au bout de quelques morceaux. Malheureusement, toutes les chansons se ressemblent énormément. Ça laisse l’impression d’une recette répétée jusqu’à l’obtention d’un album complet.

Cependant, les pièces Je dois te tuer et L.E.S. Crânes retiennent particulièrement l’attention. Ça tombe bien, ces deux morceaux sont déjà disponibles sur Youtube, regroupés dans un seul vidéoclip tout aussi audacieux que la musique.

L’album Heureuse sera lancé le 1er octobre au club Le Cactus, à Montréal et la sortie officielle est prévue le 2 octobre.

Note : 3/5

Crédit photo : VULGAIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi