À la uneOpinion>Mots tabousLa tête dans les archives

Avatar Catherine Paquette26 janvier 20152 min

1er décembre 1980.

Antidote 10

-On appelle ça comment, LE Montréal Campus ou juste Montréal Campus?

-Montréal Campus.

Quelques enveloppes cachetées, deux tours de bagnole et trois appels plus tard, Roch Côté, avec Johanne Babin et Yvon Brossard, signe sous le sigle de Revenu Québec l’acte de naissance d’un journal étudiant indépendant et du même coup une tradition de «brassage de marde» à l’UQAM.

À la page trois de la parution trois, un rectangle de vide sème l’angoisse chez les metteurs en page. Rue Sainte-Catherine, dans un local déjà rempli de paperasse, l’équipe de Montréal Campus compose une annonce. «La personne qui aura créé la publicité- bidon de l’année recevra le Dindon d’Aluminium des mains de la personne de son choix.»

– Faudrait faire quelque chose de sérieux la prochaine fois.

– Ouin, ok.

16 janvier 2015

Munie de mon téléphone intelligent, je photographie les pages défraîchies des volumes un à six de Montréal Campus. Les enjeux dont traitait le Montréal Campus il y a 35, 25 et 15 ans préoccupent toujours l’équipe de rédaction. Je lâche des «ahh» et des «ohh» devant la mise en page, les vieilles pubs et les textes qui témoignent de la vie uqamienne, à une époque que je n’ai pas connue, mais qui m’est soudainement familière.

En gros titres, les dangers des toilettes uqamiennes, la grève du syndicat et un chargé de cours qui exige un meilleur salaire. Le sentiment de désarroi du recteur face aux coupes budgétaires, la lutte au harcèlement sexuel et les retombées du référendum. Le dialogue de sourds entre le PLQ et le PQ, le matériel non-assuré au bureau de prêts de l’audiovisuel et une grève générale illimitée. Rien n’a changé.

– Fred, t’as vu la blague du dindon? On pourrait faire des blagues nous aussi.

– Haha Cath, pars-toi un blog, je ne ferai jamais de blagues au nom du Montréal Campus.

Si Frédéric Comeau ne déconne pas avec les parutions, c’est que les équipes qui se sont succédées ont bâti une école respectée dans le milieu du journalisme, un terrain de jeu où plusieurs ont pu se planter et se démarquer. La salle de rédaction, ordinateurs ou pas, a connu les mêmes discussions des centaines de fois. Des chaises instables datant de l’époque de Roch Côté accueillent toujours les invités du Montréal Campus au V-1380. Elles tiennent bon. Le Montréal Campus, journal de traditions, est toujours là, avec la même mission. Pour son anniversaire, l’équipe 2014-2015 ne peut lui souhaiter que de tenir le coup une année de plus, le temps que peut-être, une nouvelle formule ne lui donne un nouvel élan.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *