À la uneBaromètrePeu d’audace, beaucoup d’efficacité

Michele-Andree Lanoue21 novembre 20131 min

Le Montréalais Ian Kelly propose un quatrième album intitulé All These Lines. Livrés dans la langue de Shakespeare, les 10 titres de l’album oscillent entre folk-rock pour s’attarder à une touche davantage pop.

Le dernier opus du musicien, Diamonds & Plastic, datait de 2011. C’est véritablement grâce à son deuxième effort, Speak Your Mind, que le chanteur a fait sa marque dans le paysage musical. L’album avait d’ailleurs été certifié disque d’or.

L’auteur- compositeur interprète a composé plus d’une cinquantaine de chansons pour All These Lines avant de s’arrêter aux dix titres les plus prometteurs. Les mélodies de l’album sont parfois prévisibles. Aucune chanson ne prend véritablement son envol, sinon le touchant The Best Years où la charmante Coral Egan mélange sa voix chaude et éplorée à celle du chanteur. Une union cosmique dont la douceur fait de cette chanson un incontournable de l’album. On peut donc lui reprocher un certain manque d’audace. Ian Kelly ne réinvente pas la roue, mais les fans de la première heure ne seront pas du tout déstabilisés.

Il réussit tout de même à tirer son épingle du jeu. Les rythmes soutenus sont incessants et la voix du chanteur sans retenue. Sympathique et polyvalent, il a tenu les rênes de la production de son nouvel album en le co-réalisant et enjouant la majorité des instruments. Éloi Painchaud (Jorane, Daniel Lavoie, Elisapie) magnifie l’album en agissant comme co-réalisateur. Les textes bien fignolés sont parfois engagés, parfois humoristiques. Ian Kelly traite en effet de ses préoccupations économiques, politiques et environnementales sans tomber dans la lourdeur. L’auteur est tiraillé entre l’optimisme et une conscientisation qui le laisse hésitant. Il réussit un tour de force en transformant la noirceur en pop-folk lumineuse.

Signé sous l’étiquette Audiogram, All These Lines est un disque décontracté, créé sans prétention. Sans pour autant révolutionner le genre, Ian Kelly applique une recette qui fonctionne.

All These Lines, Ian Kelly, 5 novembre 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *