À la uneUQAMLa chaleur du Brésil s’invite à l’UQAM

Frederic Comeau13 septembre 20132 min

Samba, football et carnaval entrent du 9 au 27 septembre à l’UQAM avec l’événement «Pleins feux sur le Brésil» organisé par l’École de langues de l’Université.

«Je veux faire connaître le Brésil autrement que par sa politique et ses emblèmes comme le soccer ou l’Amazonie», lance d’emblée la responsable de «Pleins feux sur le Brésil», Apparecida De Almeida. Pour la responsable, c’est l’occasion de remettre les pendules à l’heure sur le pays du carnaval. «Le Brésil n’est pas plus corrompu que n’importe quel pays et il n’est pas un îlot des États-Unis en Amérique du Sud.» Elle souligne d’ailleurs le multiculturalisme brésilien, méconnu selon elle. «Le Brésil regroupe la plus grande concentration d’Italiens, de Libanais et de Japonais hors de leur foyer national», ajoute Apparecida De Almeida.

Pour ajouter une touche carnavalesque à la semaine, une représentation de danses brésiliennes, la capoeira et le maculelê, par l’équipe ABADA capoeira Montréal se tiendra dans l’agora du pavillon Judith-Jasmin, le 16 septembre prochain. Le même jour, une conférence sera présentée sur «la finance internationale et le Brésil». Raquel Bastazin et Levanta Poeira animeront à leur tour le pavillon Judith-Jasmin avec une démonstration de samba deux jours plus tard. Finalement, une juge fédérale de Brasilia expliquera les enjeux du judiciaire et de la démocratie au Brésil le 23 septembre prochain.

Même si la participation aux activités est requise dans le cadre des cours de portugais de l’École de langues, la plupart des élèves participent aux évènements avec curiosité et intérêt. «La question brésilienne m’intéresse beaucoup, soutient une étudiante de l’École de langues, Isabel Mayorga.

Le spectacle de clôture, la «Bossa nova, samba e ferro» se tiendra à la salle Alfred-Laliberté. «Ce sera une grande fête en ce mois brésilien où danse et musique seront le centre d’attraction», s’exclame Apparecida De Almeida. Elle espère y voir plusieurs Québécois. «Les deux cultures partagent le même esprit créatif et festif. «C’est l’occasion de voir le Brésil d’un autre angle», conclut-elle.

«Pleins feux sur le Brésil», du 9 au 27 septembre 2013 à l’UQAM, entrée libre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *