À la uneNon classéL’ami lecteur

Avatar Judith Lachapelle1 décembre 20122 min

Attendez que je me rappelle… C’était au cours de l’automne 1997. J’étais rédactrice en chef. Je ne me souviens plus de tous les détails, mais nous avions publié un article sur le départ controversé d’un ancien président d’association étudiante – celui de l’École des sciences de la gestion, pour ne pas la nommer. Pour quelles raisons? Je ne m’en souviens plus trop, mais c’était une histoire qui sentait le soufre et le détournement de fonds.

Antidote 10

L’ancien président était en furie contre nous. L’article étant rigoureusement exact et bétonné, la seule chose qu’il ait trouvée pour nous intimider était l’utilisation d’une photo d’archives peu avantageuse pour lui. Et il ne s’est pas gêné pour employer les grands moyens: un matin de janvier 1998, j’avais une mise en demeure sur mon bureau. On était sur le bord de la poursuite-bâillon.

Heureusement pour les finances du Campus, nous n’avons pas eu à aller défendre nos valeureux principes de liberté de presse devant les tribunaux. Appelons ça alors une simple «mise en demeure-bâillon».

Tout ça pour dire que, non, le Montréal Campus n’a pas que des amis à l’ombre du grand clocher. Et c’est très bien ainsi.

Le coquin se cache partout et il déteste généralement qu’on mette le nez dans ses affaires. Il laisse souvent plein de trous sur son passage: trous dans le budget, trous dans les rues, trous dans les pavillons inachevés au-dessus des gares d’autobus, trous de mémoire… Et, non, ces trous n’ont rien à voir avec la transparence.

Aux dernières nouvelles, l’université a encore pour mission de former des citoyens. La planète UQAM a entre les mains un média respecté, animé par des jeunes journalistes qui ne demandent que ça, informer pour éclairer.

La survie de Montréal Campus, qu’elle passe par une CANO ou autre, doit être faite de manière à garantir son indépendance tant des associations étudiantes que de l’administration de l’Université. Suffit de feuilleter ses archives des dernières trente années pour trouver assez de malversations pour en être convaincu.

Bref, Montréal Campus ne doit répondre qu’à un seul patron : ses lecteurs.

Judith Lachapelle
Journaliste
La Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *