BaromètreCultureParoles en l’air

Avatar Thomas Dupont-Buist1 octobre 20121 min

Pour leur seconde incursion dans le monde du théâtre professionnel, la compagnie Le Mimésis a décidé de se cloîtrer dans l’église de l’Immaculée-Conception. Cette fois chapeautée par le metteur en scène Marc Béland, elle s’attaque au Chant du dire-dire de Daniel Danis.

D’abord subjugué par l’imposant décor que constitue l’église, le spectateur est prié de rejoindre la troupe déjà en position à l’endroit du chœur. Le décor se résume à un lit à deux étages sur roulettes ainsi qu’à un objet fort étrange, mi-gramophone, mi-bolide : le fameux dire-dire. La noirceur envahit l’église et les quatre acteurs s’éveillent pour nous raconter la curieuse histoire de cette famille d’enfants sauvages. Pas tout à fait adultes, ni tout à fait enfants, ils sont « la société d’amour », unis envers et contre tous, refusant le monde extérieur depuis que leurs parents adoptifs sont décédés au cours d’un violent orage. Mais lorsque leur sœur Noéma revient un bon soir d’une longue tournée de spectacles à travers les bars, ils la trouvent changée. Affectée d’un curieux mal, elle vit sans avoir conscience du monde extérieur. Ses trois frères la traite alors aux petits oignons, opposant l’amour à la médecine (qu’ils craignent).

Malgré toute la bonne volonté déployée par les acteurs, ça ne colle pas. Chacun d’eux peinent à sauter de la narration à l’interprétation, n’enfilant jamais tout à fait leur rôle. Si la mise en scène révèle par endroit de belles surprises, elle empêche parfois d’entendre le texte qui se perd dans une cacophonie amplifiée par l’écho de l’église. L’impression d’écouter déclamer un texte qui n’est pas compris ne nous quitte pas, gâchant en partie l’expérience. Espérons que le jeu se placera au cours des prochaines semaines et que cette première n’est pas représentative du travail de Mimésis.

Le chant du dire-dire, Daniel Danis, du 26 septembre au 20 octobre, Église Immaculée-Conception. M.E.S. de Marc Béland.

Crédit photo: Hugo B. Lefort

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *