BaromètreCultureNon classéRoad-trip en grosse machine

Avatar Alice Côté Dupuis30 août 20122 min

Fort de quatre ans de tournée, Madame Moustache a lancé, le 28 août, Maison Mobile, racontant désir d’exil et amours déçus, le tout sur fond de violon.

Antidote 10

C’est en effet le violon, présent sur chaque pièce de l’album, qui nous ramène au country, fondation même du groupe. Les chanteuses principales et créatrices de Madame Moustache, Julie Ross et la comédienne Geneviève Néron, flirtent sur leur deuxième opus avec la pop, le rock et le blues. C’est cependant tout en country, en paroles humoristiques et en textes imagés qu’on les retrouve, quatre ans après Au nom du countr(i).
En «vieille van», faisant des «grandes virées dans les petits bars», ils ont manifestement fait plusieurs rencontres marquantes, comme celle de Denise. Cette serveuse est triste d’offrir sa dernière journée de service, et son histoire nous est livrée dans un pur country langoureux. Richard Desjardins a aussi croisé leur chemin, avec qui la parolière principale, Néron, a co-écrit la chanson la plus poétique et imagée de l’album : Fuck Off n’ Die.

Pour plus de finesse, c’est vers Grenoble, Roméo et Joliette, et 1934 (en anglais) qu’il faut se tourner. Avec des jeux de mots savoureux tel «c’t’un trou que j’cherche, un trou d’mémoire pour t’oublier», on est chavirés, voire «chavi-ravis», comme elles le chantent sur Chéri.
Mais le plus beau, c’est lorsque Néron se questionne. Comme sur Courtepointe: «L’amour paraît qu’ça donne des ailes. Pourquoi j’ai juste du plomb dans l’dos, calvaire?» S’en suit une belle montée d’émotions, où elle s’écrie: «Vas-y! Va-t’en! Pars! Attends!». Nous ne pouvons qu’être convaincus que Maison Mobile présente des arrangements musicaux intéressants, un country entraînant, des harmonies et voix délicates, et des paroles comiques mais réfléchies.

Un seul maillon faible : la reprise de Laisse tomber les filles de France Gall, jolie, mais trop lente pour accrocher l’oreille.

Maison Mobile, Madame Moustache, Sphère Musique, 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *