UQAMQuand l’interactivité prend d’assaut le clocher

Avatar Justine Gaignard-Parent25 février 20123 min

 

Dans le cadre de la Nuit blanche du Festival Montréal en lumières, le clocher de l’UQAM deviendra le théâtre de Trame, un spectacle multimédia interactif retraçant le parcours du cinéma d’animation québécois. Le projet est le fruit du labeur des finissants du baccalauréat en médias interactifs. Ils ont été engagés dans le cadre du 30e anniversaire des Rendez-vous du cinéma québécois.

Muni d’un téléphone intelligent ou d’une tablette électronique, les spectateurs sont conviés à participer à la création d’œuvres inspirées du travail de figures de proue du cinéma d’animation d’ici. Trois tableaux tourneront en boucle de 18h à 4h du matin lors de la Nuit blanche. «Chaque tableau est présenté numériquement par le cinéaste Norman McLaren et est suivi d’un hommage aux artisans d’un genre particulier du cinéma d’animation québécois», explique Raphaël Jolicoeur, l’un des concepteurs.

Par la suite, les gadgets intelligents entrent en jeu. Le public arrive à créer différents effets en suivant les consignes qui apparaissent sur leurs téléphones cellulaires et se servent de leurs écrans tactiles pour rendre l’activité interactive. Via une page web, les spectateurs participent à la création des trois tableaux interactifs. Ils sont d’abord invités à ensevelir le clocher de formes géométriques jusqu’à ce qu’il s’effondre. Après avoir dessiné sur le bâtiment, tous ceux possédant un téléphone intelligent ou une tablette pourront se livrer à un combat ludique, cercles contre carrés, transformant l’ancienne église en un champ de bataille géométrique. «Le spectateur devient co-auteur», affirme Marouane Sahbi, un autre concepteur. Les créateurs du projet soutiennent toutefois que ceux qui ne possèdent pas de gadgets ne resteront pas sur leur faim. Bien que la projection mise sur l’interactivité, les étudiants ont créé un spectacle qui peut être apprécié de tous.

Les vingt étudiants ont travaillé à temps plein pendant sept mois à la réalisation de ce projet, en plus d’assister à leurs cours réguliers.  Même si Trame ne sera présenté qu’une fois, le travail a valu la peine, croient-ils. L’événement a beaucoup fait parler de lui ce qui, selon Raphaël Jolicoeur, a mis le méconnu programme de médias interactifs «sur la map». «Les gens nous demandent toujours ce qu’on fait en médias interactifs », affirme Marouane Sahbi.

Les deux étudiants croient qu’il y a un marché grandissant pour leur champ de compétences, donnant l’exemple de la compagnie québécoise Moment Factory, qui a conçu les effets de la mi-temps du Superbowl. «Dans l’ère numérique à laquelle nous vivons, on ne peut s’en tenir qu’à un seul média. On doit créer des œuvres qui combinent une multitude de mediums, comme le son, l’image et l’interactivité, d’où l’émergence d’une expertise en médias interactifs», explique Raphaël Jolicoeur. On peut même dire que nous sommes les précurseurs d’un nouveau marché.»

Trame est le projet final du baccalauréat de ces 20 apprentis. Le porte-parole du projet, Antoine Goudreault, n’hésite pas à dire qu’ils ne sont plus des étudiants, mais des professionnels. Un constat que partagent les étudiants avec leur première réalisation professionnelle. «Il s’agit de la première année où les finissants en médias interactifs ont un vrai client avec les Rendez-vous du Cinéma Québécois», précise Raphaël Jolicoeur.

Bien que le projet ne soit prévu que pour une seule soirée, le finissant en médias interactifs croit qu’il pourrait revivre dans un futur plus ou moins lointain. «J’ai confiance que quelqu’un de l’UQAM nous appellera éventuellement pour nous demander de reproduire Trame

Le spectacle interactif sera présenté le 25 février prochain, dès 18h, sur le clocher de l’UQAM, au coin des rues St-Denis et Maisonneuve à l’occasion de la Nuit Blanche de Montréal en Lumières.

Crédit photo: Justine Gaignard-Parent

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *