SociétéDes vies en attente

Avatar Fanny Samson15 février 20124 min

Des jeunes au bout du rouleau se heurtent aux files d’attente pour obtenir de l’aide psychologique.

https://aqper.com/fr/concours-etudiant-2021

À 20 minutes d’autobus du métro Laurier, Gabrielle* vit dans un bloc appartement délabré. Le petit 1 ½ de Gabrielle est aussi désorganisé que ses pensées. Après quelques minutes, elle se confie enfin. Le timbre de sa voix laisse entendre une profonde détresse. Ne sachant plus vers qui se tourner, elle décide enfin d’aller chercher de l’aide au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de son quartier. Elle fonde le peu d’espoir qui lui reste dans sa rencontre avec une travailleuse sociale. Le seul hic? Elle ne pourra pas consulter un intervenant avant les six prochains mois.

Obtenir de l’aide dans un CSSS est un vrai parcours de combattant. D’abord soumises à un questionnaire, les personnes en détresse se retrouvent souvent sur des listes d’attente avant d’avoir recours à de l’aide dans un Centre local de services communautaires (CLSC), raconte la coordonnatrice des services aux membres de l’Association québécoise de la prévention du suicide (AQPS) et travailleuse sociale, Catherine Carignan. «Les problèmes de santé mentale sont en hausse, il y a une surcharge du système de santé, et ce, dans toutes les sphères, remarque-t-elle. Le tabou est moindre qu’auparavant et les gens consultent davantage. On déborde d’appels.»

En effet, les CSSS sont de plus en plus achalandés en raison d’une hausse importante de la demande en services psychologiques au cours des dernières années. D’après le Centre de prévention du suicide du Québec, le nombre de demandes d’aide est passé de 12 100 à plus de 20 000 par année, entre 2001 et 2010.

Quant aux intervenants des CSSS, ils se fient sur le Guide de bonnes pratiques à l’intention des intervenants des centres de santé et de services sociaux pour encadrer l’aide en services psychologiques. Catherine Carignan explique qu’avant l’arrivée de ce dernier, la confusion était assez courante parmi les professionnels de la santé. «Il fallait uniformiser leur façon de faire, parce que chacun y allait à sa manière et le langage n’était pas le même. Avec ce guide, tout va selon l’urgence. Plus les idées sont précises, plus il y a de chance que le patient passe à l’acte.»

Un plan B?
Lorsque le patient n’est pas considéré comme en danger immédiat, les intervenants ont la possibilité de le référer au milieu communautaire, où les listes d’attente sont quasi inexistantes. Une pratique pourtant peu répandue, selon la coordonnatrice à l’AQPS. «On ne voit pas dans les CSSS et les CLSC le réflexe de référer au milieu communautaire. Si les intervenants ne le font pas, c’est parce qu’ils ne connaissent pas les services offerts.» En effet, plusieurs organismes offrent des groupes de soutien et de l’aide psychologique, sans délai de temps important. Des intervenants sont même présents sur les lieux.

Le milieu communautaire ne fait pas l’unanimité. Coordonnateur au programme Jeunes en difficulté entre 2004 et 2007, Daniel Rivard s’occupe dorénavant d’accueillir les jeunes dans les CSSS. Il pense que leur rôle doit être clarifié. Si certains pensent que le milieu communautaire est la solution pour pallier l’engorgement, Daniel Rivard rectifie le tir. «Ce n’est pas pour éliminer les listes qu’on réfère au milieu communautaire, mais plutôt pour répondre à un autre besoin.»

D’après le document La mortalité par suicide au Québec: tendances et données récentes. 1982 à 2008, de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), la province reste celle qui détient le plus haut taux de suicide au Canada, un vrai fléau de société selon les intervenants des CSSS. Même si une diminution du taux de suicide a été relevée dans les dernières années au Québec, l’heure n’est pas au repos selon Josiane Babin, qui a été responsable de la prévention du suicide dans un CLSC pendant 20 ans. Une étude de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal met à terre le peu d’espoir des spécialistes: la moitié des personnes qui se sont enlevés la vie ont utilisé des services de santé dans les semaines, les jours ou les heures précédant le passage à l’acte. «Le taux de suicide diminue, certes, mais il n’est pas le seul indicateur, précise Josiane Babin. La détresse psychologique n’est pas enrayée pour autant».

La coordonnatrice des services l’AQPS, Catherine Carignan, rappelle donc le rôle capital de ses institutions et dénonce l’inefficacité du système. «Si le système propose une consultation dans seulement un mois ou plus, c’est carrément fermer la porte au visage de quelqu’un qui est déjà à terre», dénonce la travailleuse sociale.

Dans le cas de Gabrielle, le milieu communautaire n’a pas réussi à l’aider. Aujourd’hui, la jeune femme de 23 ans a perdu toute confiance en ce système qui l’a laissé sur une tablette. «C’était la seule ressource que j’avais trouvée et ça ne m’a pas vraiment aidé, témoigne-t-elle, visiblement émue. C’est là que je me suis dit, qu’il n’y a vraiment personne qui puisse m’aider. Je n’arrive pas à concevoir le fait qu’on puisse mettre la vie de quelqu’un en attente.»

* nom fictif

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *