UQAML’UQAM perd de l’effet

Avatar Alexandra Piché1 décembre 20112 min

Les similitudes entre les publicités «L’effet UQAM» et «Comprendre. Agir.» de l’Université de Montréal (UdeM) forcent l’UQAM à revoir sa stratégie publicitaire pour septembre 2012.

Antidote 10

L’UdeM a lancé sa nouvelle campagne publicitaire, «Comprendre. Agir.» en septembre 2011. La série de capsules vidéo mettant en scène des professeurs et des étudiants explique ce qu’apporte l’UdeM à la société. «Étrangement, le concept de cette campagne est très similaire à la nôtre», a remarqué la directrice de la Division de promotion institutionnelle de l’UQAM, Nathalie Benoit. Les étudiants de l’UQAM ont aussi dénoncé cette ressemblance sur les réseaux sociaux cet automne.

À la suite du visionnement des nouvelles publicités de l’UdeM, Nathalie Benoit s’est entretenue avec son homologue, Raynald Petit, en charge de la conception et la production de «Comprendre. Agir.» Il lui a dit ne pas avoir voulu copier l’UQAM. Il prétend même ne pas avoir vu les vidéos en noir et blanc sur le site Internet de l’Université. «Quand j’ai vu la vidéo “Comprendre. Agir.” pour la première fois, j’ai été très surprise, mais je crois sincèrement Raynald Petit quand il me dit qu’il n’avait pas vu la vidéo», explique Nathalie Benoit.

La diffusion à grande échelle de la campagne publicitaire de l’UdeM affecte l’efficacité de celle de l’Université du peuple. «La publicité de l’UQAM ne se retrouve que sur Internet, tandis que la publicité de l’UdeM a été vue durant l’émission Tout le monde en parle, diffusé à Radio-Canada», affirme Nathalie Benoit. Selon elle, si la campagne publicitaire de l’UQAM était diffusée à la télévision, les spectateurs pourraient croire que l’UQAM a copié le concept de son rival universitaire.

L’UQAM pensait déjà apporter des changements à «L’effet UQAM» avant la diffusion à grande échelle de «Comprendre. Agir.». Nathalie Benoit explique que l’Université veut faire connaître davantage au public les cycles supérieurs et la recherche faite à l’Université. Elle ne peut s’avancer pour le moment au sujet de ce qu’il adviendra de la campagne actuelle, mais elle assure que l’UQAM ira bientôt en appel d’offres pour trouver de nouveaux partenaires. Une réévaluation de «L’effet UQAM» sera faite par la suite. «En supposant que nous repartions à zéro, le processus prendrait au moins quatre mois et peut-être même plus», explique Nathalie Benoit. Pour l’instant, les vidéos de «l’Effet UQAM» seront encore diffusées sur son site internet en janvier.

La création et la diffusion de «Comprendre. Agir.» a couté 150 000 $ à l’UdeM. L’UQAM a, quant à elle, refusé de divulguer les chiffres reliés à sa campagne publicitaire.

Pour ce qui est de l’Université de Montréal, la conseillère principale et relationniste aux médias de l’UdeM, Flavie Côté, ne peut s’avancer sur ce qui adviendra de la campagne «Comprendre. Agir.» «C’est un concept appelé à évoluer. Je ne sais pas si on va le garder tel quel, mais c’est certain qu’on va garder le même fil conducteur, étant donné les commentaires positifs de nos étudiants.»


Campagne publicitaire L’effet UQAM

Campagne publicitaire Comprendre.Agir.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *