Non classéUn doublé pour Perestroïka à UQAM en spectacle

Avatar Myriam Lemay-Gosselin19 mars 20113 min
Le duo de hip-hop acoustique Perestroïka a raflé une fois de plus la première place du concours artistique UQAM en spectacle, le 18 mars dernier. Les 250 personnes réunies au Théâtre Plaza ont profité des performances des artistes uqamiens et d’une prestation du groupe Panache.
 
 
Photo: Benjamin Tanguay
 
 
 
Perestroïka a remporté un prix de 600 $, remis par un jury de professionnels du milieu artistique. Les deux auteurs-compositeurs-interprètes, Simon Bolduc et Charles Henderson, représenteront donc pour une deuxième année consécutive l’UQAM lors de la finale du concours Univers-cité en spectacle. L’événement fait la promotion de la langue française dans les arts de la scène.
 
La formation a présenté un numéro folk touchant. Le chanteur y est allé de son interprétation sentie d’une chanson racontant le combat de sa sœur contre la leucémie. 
 
Le tandem Perestroïka s’était incliné en  finale nationale l’an dernier, mais a bon espoir de se reprendre cette fois-ci. «Maintenant, on a plus de contact avec le public pour avoir un côté moins sauvage, explique l’instrumentiste du groupe, Simon Bolduc. Nos pièces sont aussi plus personnelles, introspectives et elles s’imposent d’elles-mêmes.»
 
Laurence Cloutier, étudiante en animation et recherche culturelle, a remporté le deuxième prix de 400 $  pour ses versions revisitées des chansons de Boris Vian et de Serge Gainsbourg. La troisième place a été attribuée à Sara Dignard et Clodie Parent, respectivement auteure et interprète de 1er juillet, un monologue sur le mal d’aimer. L’énergique quatuor Rue Sanguinet a pour sa part électrisé la salle, se méritant le Prix du public.
 
Les numéros hauts en couleur de danse, de théâtre et de musique des 10 finalistes uqamiens, choisi par un comité de sélection pour accéder à cette finale locale, se sont enchaînés au rythme des applaudissements de la foule. De la musique expérimentale indienne à la danse philosophique théâtrale, les performances ont surpris les porte-paroles de l’événement, le groupe Alfa Rococo. «On a eu du fun et on a été étonnés de la diversité des prestations», commente le membre du duo québécois, David Bussières. «Il y avait certains numéros un peu déstabilisants, mais audacieux, dont quelques-uns qui nous ont beaucoup plu malgré quelques maladresses charmantes», a-t-il ajouté. La formation a motivé les artistes de la relève toute la soirée. 
 
Le groupe Panache a pris le relais durant les délibérations du jury et offert une performance endiablée. Le duo pop-punk aux onomatopées comiques a fait vibrer la foule du Théâtre Plaza. Formée par les Montréalais Carl-Éric Hudon et Benoît Fréchette, la formation a repris les pièces de son premier opus éponyme lancé en novembre dernier.
 
La coordonnatrice de l’événement, Marie-Élaine Riou, se dit satisfaite du succès obtenu par la sixième édition de l’événement uqamien. Il est le seul du réseau d’Univers-cité en spectacle à être entièrement piloté par des étudiants. «Le but d’UQAM en spectacle est que les étudiants-artistes apprennent et viennent montrer leur talent, explique-t-elle. Les organisateurs sont aussi là pour apprendre, donc on a un événement 100% étudiant.»
 
La finale nationale d’Univers-cité en spectacle aura lieu le 2 avril au théâtre de la Cité universitaire de l’Université Laval et sera diffusée à partir du 16 mai sur les ondes du canal Savoir. Elle opposera les gagnants des finales locales des 11 universités québécoises participantes et du Collège universitaire de Saint-Boniface au Manitoba.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *