Non classéDes rongeurs engagés

Avatar Marie-Pier Côté-Chartrand19 janvier 20112 min
Créatif, pacifique et ouvert, le Regroupement des artistes très sensibilisés (RATS) se manifeste lors de grandes mobilisations étudiantes. Le regroupement militant préconise les arts comme moyen de revendication étudiante.
Le Regroupement des artistes très sensibilisés a modifié la principale enseigne de campagne de promotion de l'UQAM en plein coeur du pavillon J, le 19 janvier 2011.

  
On attribue notamment au RATS l’utilisation du carré rouge comme symbole de la grève étudiante illimitée de 2005. Les militants avaient alors récupéré ce symbole instauré par l’artiste Johanne Chagnon pour le Collectif en faveur d’un Québec sans pauvreté et réclamaient – et réclament encore aujourd’hui – un Québec «sans pauvreté intellectuelle». En 2005 et 2007, le carré rouge s’est ensuite transformé en d’énormes cubes rouges disposés dans l’Agora lors de manifestations étudiantes. Le 6 décembre dernier, le regroupement exploitait un aspect plus théâtral de son action pour dénoncer le dégel des frais de scolarité à Québec. L’événement prenait la forme d’un cortège funèbre en l’honneur de la «défunte accessibilité à l’éducation».
Parrainé par l’Association facultaire  étudiante des arts de l’UQAM (AFEA), le RATS n’est toutefois pas réservé exclusivement aux étudiants issus de cette faculté. N’importe quel uqamien peut devenir membre, y apporter ses idées et participer à son élaboration. Le regroupement prône une démocratie directe et considère que tous ses membres ont un poids égal dans la prise de décisions. «Les actions du regroupement sont éphémères, mais elles s’inscrivent dans la durée», explique une membre. 
 
«Dès cette année, un nouveau volet s’ajoutera à RATS, soit des ateliers visant à développer des activités ou des connaissances de l’art militant», explique Joanie Tremblay*, membre active de l’organisation depuis 2007. «Les activités seront offertes pour des personnes qui s’intéressent à RATS, mais qui ne savent pas nécessairement comment s’impliquer», ajoute-t-elle. Entre les ateliers théâtraux clownesques, la création d’objets d’arts en matériaux recyclés et les mobilisations artistiques, le regroupement vise à «propager l’art comme moyen de mobilisation». Et les membres de RATS comptent bien continuer leur invasion artistique dans les années à venir.
 
*Nom fictif 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *