Non classéCourez, il a la grévite!

Marc-Andre Sabourin8 avril 20093 min

Une maladie étrange et terriblement contagieuse court à l’Université. En moins d’un mois, près du tiers des uqamiens – 30 000 étudiants et professeurs – l’ont attrapée. Les symptômes varient d’un individu à l’autre. Chez certains, la fièvre leur monte tellement à la tête qu’ils s’emparent de la première pancarte venue et descendent dans la rue. Chez le reste – la majorité – le virus les empêche de se rendre à leurs cours. Ce mal à un nom: la grévite.

Jusqu’à tout récemment, la réaction de la direction universitaire demeurait timide. Elle a d’abord tenté de calmer l’infection avec un remède de grand-père au mauvais goût: l’injonctionil. Les résultats se sont avérés désastreux. Les symptômes ont certes été atténués – moins de gens brandissaient des pancartes devant les portes – mais la maladie s’est répandue encore plus vite. En quelques jours seulement, le nombre de pestiférés est passé de quelques milliers à des dizaines de milliers.

Prise au dépourvu, la direction s’est finalement attaquée au foyer d’infection: le Syndicat des professeures et professeurs de l’UQAM (SPUQ). Après avoir repoussé cette option le plus longtemps possible, elle a donc effectué des tests avec un petit groupe de malades pour trouver un vaccin. Les ingrédients de ce dernier sont connus de tous: des nouveaux professeurus et une augmentationus salarialus. Le hic, c’est que l’Université n’a pas l’argent nécessaire pour se procurer ces composants en quantité suffisante pour fabriquer un antidote efficace.

Seul le gouvernement pourrait mettre un terme à cette crise aiguë de grévite. Mais la docteure en chef de l’éducation, Michelle Courchesne, ne sait pas sur quel pied danser. Elle a déjà promis plusieurs millions pour que l’UQAM guérisse d’une autre maladie, l’îlot Voyageurite. Si elle en offre plus – alors que les coffres sont plutôt vides – les autres universités risquent d’être jalouses et de se tourner vers elle pour guérir leurs petits bobos.

Comme si la pression n’était pas déjà assez forte pour Michelle Courchesne, ses adversaires politiques en remettent. Son homologue du Parti québécois, Marie Malavoy, le député de Québec solidaire, Amir Khadir – un médecin de profession – et même le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, ont déambulé avec les lépreux uqamiens dans les rues de Montréal vendredi dernier.

Des miraculés?

Pendant que la docteure en chef de l’Éducation se creuse la cervelle pour trouver une solution, une lueur d’espoir se pointe à l’horizon. Lundi dernier, près de 15 000 étudiants ont été miraculeusement guéris, comme par magie! Ils étaient tellement écoeurés qu’ils ont tout simplement décidé d’arrêter d’être malades (si seulement la vie était si simple).

Mais les professeurs semblent déterminés à conserver la grévite et la situation commence à être complexe. À un point tel que des complications commencent à se développer. Déjà, une prolongationite de la sessionite pointe le bout du nez. Certains craignent même qu’elle ne se transforme en une annulationite de la sessionite, une maladie extrêmement rare – le bruit court qu’elle n’existe pas – et dévastatrice.

Le gouvernement acceptera-t-il cela? Non. Et Michelle Courchesne possède une arme de guérison massive pour se tirer d’affaire: la loi spéciale. Très efficace, mais très pernicieuse. Si le Parlement – les libéraux – donnait son aval, ce bout de papier stipulerait que les professeurs n’ont plus la grévite. Ils devraient alors reprendre leurs activités normales alors qu’en réalité, ils demeurent gravement malades.

Pour l’instant, il ne s’agit que d’une rumeur. Mais si la docteure en chef de l’Éducation va de l’avant avec cette mesure draconienne, elle ne fera que repousser le problème. Déjà, d’autres foyers d’infection se développent au Syndicat des employées et employés de l’UQAM et au Syndicat des étudiants employés de l’UQAM. Dès l’automne, ils pourraient à leur tour déclencher une nouvelle crise de grévite.

 

***

L’UQAM n’a pas une grippe d’homme. Elle est gravement malade, notamment à cause de ses aventures immobilières, mais aussi en raison de la grille de financement du gouvernement qui la désavantage par rapport aux autres universités du Québec depuis des années (lire le rapport du Comité des quatre experts indépendants, disponible sur le site de l’UQAM).
Pour la première fois, toute la communauté uqamienne s’est réunie pour réclamer plus de moyens d’enseignement. La ministre de l’Éducation ne doit pas faire – une fois de plus – la sourde oreille. Espérons qu’elle fera le bon choix et qu’elle ne remettra pas le problème à l’automne. Car tout le monde est écoeuré de la grévite.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *