Une victoire pour Mashteuiatsh aux Francouvertes 2024

Soleil Launière a rayonné en remportant la première place de la 28e édition des Francouvertes. Lors de la finale de lundi soir, le public et le jury ont particulièrement apprécié sa mise en scène et l’originalité de son œuvre. 

La rappeuse française d’origine algérienne Sensei H s’est vue attribuer la deuxième place grâce à son approche stylistique hors du commun. Malgré une performance scénique exceptionnelle, Loïc Lafrance a quant à lui remporté la médaille de bronze en arrivant dernier de la soirée.

À Soleil dansant

C’est l’artiste multidisciplinaire Soleil Launière qui a cassé la glace de la soirée d’hier avec une ambiance percussive rappelant celle d’un rituel.

En ouverture, alors que la grosse caisse faisait trembler la salle du Club Soda, Soleil Launière s’est lentement faufilé entre le public vers la scène.

La chanteuse originaire de Mashteuiatsh a su livrer une performance crue et authentique. Ses textes poétiques usaient d’un habile mélange d’innu-aimun, de français et d’anglais pour aborder des sujets lourds et puissants.

Sa connaissance du monde du théâtre s’est fortement fait ressentir dans la mise en scène de sa prestation, tout spécialement lorsqu’elle a débuté une chanson en énumérant les noms des victimes de féminicides en 2023. Soleil a par la suite tiré un ruban rouge hors de l’amas de terre qui se trouvait à ses pieds et l’a brandi haut la main. « Je suis vivante même sous terre, je suis criante même sans air », a-t-elle chanté lors d’un morceau suivant.

Mention photo : Jaime Antonio Luna Quezada

Bien que quelques petits défauts de mise en scène et des interludes parfois étranges aient pu heurter le rendu final, la Pekuakamiulnu est ressortie grande gagnante de la 28e édition des Francouvertes.

« C’est moi le shérif » 

Loïc Lafrance avait la tâche de clôre la soirée de finale. Il a commencé sa prestation en prenant un selfie sur scène avec la foule.

L’auteur-compositeur-interprète a présenté une proposition artistique insolente et explosive, qui se voulait une critique défiante de la « violence des rôles et des compétences prérequises ». « Ce soir, c’est moi le shérif », a-t-il lancé avant de débuter sa première chanson. 

Loïc Lafrance, les deux guitaristes, le bassiste et le batteur jouant aussi de l’harmonica ont certainement été les musiciens qui ont pris le plus de plaisir sur scène, allant même jusqu’à faire des mosh pits entre eux.

Mention photo : Jaime Antonio Luna Quezada
Mention photo : Jaime Antonio Luna Quezada

Bien en confiance, Loïc Lafrance a su marquer la foule avec sa présence scénique teintée d’humour et de sarcasme. Avec des chansons rocks très rythmées et entraînantes, son personnage fort rappelle finement l’œuvre de Jean Leloup.

Si l’artiste originaire de Rivière-du-Loup ait offert la prestation la plus stimulante et convaincante de la soirée, elle lui aura seulement valu la troisième place du concours.

Vent de fraicheur rap

Entre ces deux performances, la rappeuse Sensei H s’est démarquée du reste du spectacle grâce à ses couplets entrainants.

Ses textes dénonciateurs, directement inspirés de l’œuvre de grandes plumes du rap français comme Bigflo et Oli ou Nekfeu, ont certainement marqué le public du Club Soda.

L’utilisation de la contrebasse dans un univers rap s’est avérée être une approche originale, bien exécutée et percutante. Lorsque le public semblait se fatiguer des arrangements parfois lacunaires et des refrains de temps à autre répétitifs, les pièces faisant usage seul de la contrebasse et de la voix contrastaient le tout, pour un résultat réussi.

La présence scénique de la MC française, qui s’adressait à la foule avec aise et humour, était dynamique. Bien qu’elle ait eu de la difficulté à garder le rythme durant quelques-uns de ses couplets et que ses interventions lors des transitions entre les morceaux frôlaient parfois une morale « psycho-pop » sortie tout droit d’une boîte de Cracker Jack tout en créant des longueurs, sa dernière chanson, qui faisait usage d’autotune, a réussi à faire danser la foule des Francouvertes. Malgré des problèmes techniques, son énergie lui a mérité la deuxième place du concours.

Mention photo : Jaime Antonio Luna Quezada

Les porte-parole des Francouvertes, Lou-Adriane Cassidy et Thierry Larose, ont débuté la soirée avec une performance qui a placé la barre haute pour les finalistes du concours. Les deux interprètes doué(e)s ouvraient le bal dans le cadre de la série « J’aime mes ex », un concept où les Francouvertes invitaient d’ancien(ne)s participant(e)s pour introduire le spectacle.

Un peu stressé, le tandem a lancé à la blague être plus nerveux que les finalistes. Le duo de guitares et de voix mélodieuses a présenté un répertoire agréable et tendre à faire frissonner. Les arrangements vocaux parfaitement exécutés ont installé une ambiance chaleureuse et complice, le tout exécuté avec le souci de ne pas voler la vedette aux finalistes de la soirée.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *