À la uneCultureBrown, un projet qui colle à la peau

Avatar Luca Max19 janvier 20163 min

Le trio intergénérationnel Brown lance son premier album le 22 janvier sous l’étiquette 7ième Ciel. Le projet homonyme entremêle rap franglais étoffé, des influences électroniques, dancehall et sonorités reggae, apportant une fraîcheur nouvelle à la scène du hip-hop québécois.

La formation est composée de Robin Kerr, musicien d’origine jamaïcaine, ainsi que de ses fils Jam, qu’on connaît comme membre du K6A et pour ses participations enflammées au Word Up, et Snail Kid, qui fait partie du groupe Dead Obies.

Réalisée par Sébastien Blais-Montpetit, l’œuvre est née des discussions autour de cette réalité vécue par la famille, soit le fait d’être métis, doù le titre. À noter que deux extraits, Lonely et Brown Baby, sont déjà parus au grand bonheur du public.

Représentant bien cette nouvelle facette du rap québécois où oldschool et newschool se côtoient aisément et où ce dialecte franglais est de plus en plus adopté, les membres du trio ont chacun su ajouter leur grain de sel à la création. Chacun sort tout de même de sa zone de confort, vu cet assemblage des genres qu’ils doivent faire concorder.

Certains morceaux sont essentiellement construits autour de la voix forte et mélodieuse de Kerr, jouant dans les sonorités reggae et complétée par une influence hip-hop de la vieille école incarnée par Jam et Snail Kid. Brown ou Parapluie, entre autres, en sont de bonnes représentations. D’autres pistes se tiendront dans une vague beaucoup plus newschool du hip-hop où l’électronique se fait ressentir davantage, notamment Me no care et Jeune vieux.

Brown a su raviver des souvenirs à l’écoute de certains morceaux, faisant revivre le mélange des genres qu’affectionnait tant Monk.E sur son album Mektoub Revisité en collaboration avec KenLo, où se côtoyaient musique du monde et rap québécois.

Brown est un projet complet aux influences variées mettant bien en valeur les qualités de chacun des membres tout en nous faisant découvrir des atouts jusqu’alors inconnus de leur palette sonore.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *