SociétéL’austérité dans la mire de l’ASSE

Avatar Vincent Larin20 novembre 20132 min

C’est sous étroite surveillance policière que s’est déroulée la manifestation contre l’austérité du Conseil régional de l’ASSE à Montréal (CRAM), le vendredi 15 novembre dernier.  Si le Service de police de la Ville de Montréal a toléré la marche, celle-ci a été déclarée illégale dès les premières minutes de marcheé

Selon la CRAM, 250 manifestants ont répondu à l’appel en se présentant à l’entrée de la station de métro Mont-Royal. Les protestataires ont circulé  à sens inverse de la circulation et ont été refoulés sur les trottoirs par les forces de l’ordre. «Il va falloir trouver d’autres moyens d’exposer nos convictions parce qu’apparemment, les policiers ne nous laissent plus circuler librement pour manifester», s’est insurgée l’étudiante au cégep André-Laurendeau, Véronique Richer.

Les manifestants ont choisi de se disperser après un peu plus de deux heures de marche. «Au début la manifestation était dans la rue, après le SPVM nous a confiné dans une voie, après sur trottoir et finalement, ils nous ont dit d’attendre aux lumières», a décrié Véronique Richer. Les manifestants ont ensuite été invités par certains de leurs compères, dans un geste spontané de solidarité syndicale, à prêter main forte aux employés de la librairie Renaud-Bray, qui manifestaient eux aussi devant la succursale de la rue Saint-Denis.

La pointe de l’iceberg

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la campagne annuelle de l’ASSE sur la lutte contre l’austérité. «On remarque que le gouvernement en place continue dans la même ligne de pensée que le précèdent, c’est à dire, une idéologie néolibérale qui enrichit les entreprises pour appauvrir le peuple», a dénoncé le porte-parole de la CRAM, Benjamin Gingras. Le porte-parole a toutefois refusé de restreindre la portée des actions de la CRAM contre un gouvernement en particulier. «Que ce soit le gouvernement fédéral ou provincial, on remarque que c’est toujours la même logique d’austérité qui revient et qui a pour but d’appauvrir les classes populaires en coupant dans les programmes sociaux», a-t-il soutenu.

Benjamin Gingras a aussi fait valoir que les étudiants sont directement touchés par ces mesures d’austérités. «On coupe dans le financement des universités, c’est encore les étudiants et les professeurs qui paient et ça nuit évidemment à la qualité de l’enseignement qui se voit transformer en marchandise», s’est attristé Benjamin Gingras. La position anti-austérité de l’ASSE fera l’objet de nombreuses autres actions au cours de l’hiver à venir, a ajouté le porte-parole, sans toutefois en dire davantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *