UQAMCOVID-19 : l’UQAM suggère de quitter les résidences

Avatar Julien Lachapelle29 mars 20203 min

À la suite de la demande du sous-ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Éric Blackburn, l’UQAM a recommandé aux locataires des résidences de l’établissement d’enseignement de quitter leur logement le 27 mars dernier ou dans un court délai suivant cette date afin de juguler la propagation de la COVID-19. 

« Les résidences universitaires acceptent la résiliation du bail sans pénalité », a expliqué la directrice des relations avec la presse, Jenny Desrochers, en ajoutant que les résidents et les résidentes de l’UQAM pourront obtenir un remboursement de leur loyer au prorata des jours utilisés. 

Un manque de clarté

L’étudiante de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) Emmy Plante a quitté sa résidence dans la panique pensant être obligée de le faire. « Dans les premiers messages envoyés le matin du 27 mars, on nous laissait croire qu’on était forcé de s’en aller », raconte-t-elle. Habitant à l’heure actuelle chez ses grands-parents à Québec, l’étudiante a indiqué au Montréal Campus ne pas avoir pu être aidée pour transporter ses meubles dans la voiture de ses grands-parents puisqu’une consigne des résidences de l’UQAM interdisait aux visiteurs et aux visiteuses d’entrer dans le bâtiment. 

L’UQAM a un partenariat avec l’ITHQ depuis 1991. En plus de permettre aux étudiants et aux étudiantes du baccalauréat en gestion du tourisme et de l’hôtellerie d’avoir des cours dans les locaux de l’ITHQ, l’entente autorise les élèves de l’ITHQ à habiter dans les résidences de l’UQAM.

L’étudiante française au deuxième cycle de la maîtrise en éducation et en pédagogie de l’UQAM Mina Zouhair a vécu un fort stress après avoir reçu le premier courriel de l’UQAM, tout comme plusieurs de ses voisins et de ses voisines. Avant la présentation de la recommandation officielle du sous-ministre Blackburn par les associations étudiantes de l’UQAM, cette dernière a douté du bien-fondé de la décision de l’Université. « On nous demande de partir alors que le gouvernement exige qu’on reste confiné chez soi », affirme-t-elle. 

Précisions

Voyant l’inquiétude des résidents et des résidentes, l’UQAM a envoyé un deuxième message précisant que les habitations de l’UQAM seront ouvertes pour les étudiants étrangers dont les frontières de leur pays d’origine sont fermées. Les raisons évoquées par un ou une locataire ne pouvant pas partir de leur demeure seront évaluées individuellement par la direction et le gestionnaire des résidences, qui garderont le contact quotidiennement avec ces derniers pour la suite des choses. N’ayant aucune possibilité d’aller vivre ailleurs, l’étudiante française a décidé de rester dans son logement. « Personne ne sera mis à la rue », confirme Jenny Desrochers. 

Pour les personnes qui demeureront dans leur appartement, l’Université a adopté de nouvelles mesures de sécurité afin de protéger la santé des locataires. « On a interdit l’accès aux visiteurs, fermé des espaces communs et relocalisé certains résidents dans d’autres unités pour favoriser la distanciation sociale entre autres », précise Mme Desrochers.

Photo Florian Cruzille | Montréal Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *