SociétéDes dizaines de milliers de personnes sortent pour décrier l’urgence climatique

Maïka Yargeau11 novembre 20183 min

Plus de 50 000 manifestants et manifestantes ont changé le coquelicot généralement arboré au mois de novembre pour un cercle vert en feutre, symbole de la cause environnementale, alors qu’avait lieu une marche pour le climat samedi après-midi à Montréal.

« Rassembler les citoyens pour sensibiliser la population à l’urgence climatique », voilà l’ultime but de la manifestation, a expliqué l’un des onze membres fondateurs du collectif citoyen La Planète s’invite au Parlement, Julien Langlais, la veille de la manifestation. Ce dernier souhaitait également communiquer diverses revendications — dont la première est de cesser l’exploration de gisements de pétrole — au gouvernement.

Le message a été entendu, alors que des enfants en poussette, tout comme des personnes de l’âge d’or, canne à la main, ont déambulé sur la rue Sainte-Catherine vers 14 h. Malgré la température peu invitante, la foule a scandé haut et fort des messages tels que « Sau-sau-sauvons la planète » ou encore « Legault, wouhou ». Bien des personnalités publiques se sont jointes à la marche, afin d’indiquer leur appui au collectif citoyen et à ses revendications.

L’instigateur du mouvement Pacte pour la transition, le réalisateur Dominic Champagne, était présent à l’évènement, trois jours après la mise en marche de son projet regroupant déjà plus de 155 000 signataires. Il a soutenu la revendication concernant le pétrole et a ajouté que les humains sont « les responsables d’un effondrement général de la vie sur Terre. [Il faut] changer nos manières de faire, de produire, de consommer, de se comporter. »

L’acteur et cofondateur de la Fondation Rivières Roy Dupuis était lui aussi présent à la marche. Le militant pour la cause environnementale depuis près de 20 ans a tenu à dire qu’on « ne peut faire autrement [que de manifester] alors qu’il y a urgence ». Il a indiqué qu’il fallait arrêter de surconsommer et plutôt viser la décroissance, l’inverse du système économique actuel.

La CAQ au centre des discours

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, ainsi que la députée solidaire Ruba Ghazal ont participé à la marche et ont pris parole devant les médias afin d’inviter « [la Coalition avenir Québec (CAQ) à poser] des actions réelles pour répondre à l’urgence climatique ».

La CAQ, qui a répondu pour la première fois en deux mois au collectif citoyen, semble avoir une préoccupation par rapport à l’environnement, d’après Dominic Champagne. Le metteur en scène s’est entretenu pendant près d’une heure avec M. Legault, vendredi, et a perçu « une ouverture de la part du premier ministre ».

« Je vois du positif en la CAQ », a affirmé une dame âgée, qui a préféré garder l’anonymat. Celle pour qui l’environnement a une place de choix au sein de ses préoccupations a même dit « avoir une confiance nouvelle pour le parti de M. Legault », malgré qu’elle n’ait pas voté pour ce parti à la dernière élection.

La marche s’est terminée sous de légers flocons et quelques discours. Avec plus de 50 000 citoyens et citoyennes uni(e)s dans leur volonté d’avoir un avenir meilleur et une planète en santé, « des politiques à la hauteur des exigences [de la population doivent être] mises en place », souhaite Dominic Champagne.

Photo: MICHAËL LAFOREST MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi

Le journal indépendant des étudiantes et des étudiants de l'UQAM depuis 1980

Les Éditions Montréal Camping inc. Tous droits réservés.