SociétéUne manifestation festive pour s’opposer au G7

Marguerite Chiarello8 juin 20182 min

QUÉBEC — La première manifestation en marge du G7 s’est déroulée dans le calme, hier soir, alors que les policiers antiémeute ont procédé à l’arrestation de deux personnes dans les rues de Québec.

Les manifestants ont amorcé leur marche vers 18h50 au parc des Braves et se sont arrêtés vers 20h15 devant le Centre des congrès de Québec.

Quelques manifestants ont propulsé des feux d’artifice une fois arrivés devant le Centre des congrès. La manifestation tirant déjà à sa fin à ce moment, la police n’est pas intervenue.

Encouragée par une fanfare, une ambiance festive régnait tout au long de la manifestation.

Les quelques centaines de manifestants incitaient les passants à se joindre au mouvement en scandant « avec nous dans la rue! ».

Un membre du Réseau de résistance anti-G7 (RRAG7) s’est d’ailleurs dit satisfait du déroulement de la manifestation et de la « belle énergie présente » au sein des troupes.

Le Groupe intégré à la sécurité (GIS) a mentionné dans un communiqué que deux personnes ont été arrêtées pour possession de substances explosives. Aucun gaz lacrymogène n’aurait été lancé par les policiers et aucun manifestant n’aurait été blessé.

[slideshow_deploy id=’20631′]

« G7 pollueur, G7 exploiteur »

Criant leur haine envers le G7, les manifestants ont accusé le groupe de discussion international d’être capitaliste, colonialiste et de nuire à l’environnement. « Les pays les plus riches défendent leurs intérêts à travers le G7 », mentionne un manifestant.

Simon*, un membre du RRAG7, définit le G7 comme un regroupement violent et dangereux. « Ce sont des pays impérialistes et colonialistes qui continuent à perpétuer cette tradition de façon plus subtile », explique-t-il.

« Ils vont parler de comment faire la paix dans le monde alors que certains des pays sont de gros producteurs et vendeurs d’armes, et qu’ils perpétuent des guerres partout à travers le monde », ajoute le manifestant.

Le G7 est reconnu par les manifestants comme étant un groupe peu préoccupé par la question environnementale. « Ils peuvent bien se réunir pour parler d’environnement, mais ils n’arriveront jamais à trouver des mesures pour faire freiner la crise environnementale en continuant de produire autant. Personne ne peut parler d’environnement en restant dans le système capitaliste », déplore le membre du RRAG7.

Cette manifestation était la première d’une série d’actions qui se poursuivront aujourd’hui et demain à Québec dans le but de s’opposer à la tenue G7, qui se déroule à La Malbaie.

* Nom fictif. Cette personne désire préserver l’anonymat par mesure de sécurité.

photo : SARAH XENOS MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Le journal indépendant des étudiantes et des étudiants de l'UQAM depuis 1980

Les Éditions Montréal Camping inc. Tous droits réservés.