À la uneSociétéFête des Travailleurs : essoufflement hâtif de la manifestation

Marguerite Chiarello2 mai 20183 min

La manifestation annuelle du 1er mai organisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) a été interrompue rapidement après que des pièces pyrotechniques et des feux d’artifice aient été lancés sur des policiers.

La manifestation a débuté au parc La Fontaine avec de 300 à 400 personnes, vers 18 h 30. À peine 10 minutes plus tard, des projectiles ont été lancés sur des policiers.

« Une dizaine de feux d’artifice ont été lancés en direction des policiers, affirme Laurent Gingras de l’équipe de relations avec les médias du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Des manœuvres de dispersion ont commencé à ce moment-là pour disperser le groupe de manifestants, et ils ont été repoussés vers le parc La Fontaine. »

Au moins trois arrestations ont été effectuées et les policiers ont lancé de nombreuses bombes lacrymogènes. Deux véhicules civils ont également été endommagés près du parc La Fontaine par des manifestants. Quelques groupes disparates de militants ont tenté de poursuivre la manifestation par la suite, mais cette dernière s’est rapidement essoufflée.

« Guerre au capital, le capital nous fait la guerre »

Le 1er mai est une date porteuse de messages anticapitalistes, anarchistes et syndicalistes, entre autres. Cette journée, qui souligne la fête des Travailleurs, amène chaque année une vague de manifestations sur Montréal.

La CLAC, organisatrice de la manifestation, s’oppose au capitalisme. Les manifestants alliés à cette cause n’imaginent pas tous la même suite au capitalisme, mais luttent tout de même de façon solidaire.

« Le capitalisme a plusieurs façons de venir gruger notre bien-être, que ce soit par des salaires dérisoires ou par des conditions de vie inacceptables. Je pense que c’est important, lors d’une journée comme ça, de se regrouper et de voir qu’on n’est pas tout seul à lutter contre ça », explique Flavie, une jeune manifestante présente à la manifestation.

Les membres de la CLAC ne croient pas en une réforme de ce système : ils souhaiteraient plutôt l’abolir. « On reste toujours avec des gens qui ont trop d’argent, d’autres qui n’en ont pas assez et qui sont dans la rue », mentionne Mathieu, un membre de la CLAC.

« Tant qu’il n’y a pas d’égalité économique, il n’y a pas d’égalité politique. On se retrouve donc avec les mêmes inégalités et les mêmes exploitations », explique Mathieu.

Au-delà d’une manifestation

Mis à part la manifestation organisée par la CLAC, une manifestation pour souligner la fête des Travailleurs a eu lieu, hier, dans le secteur de Parc-Extension. Cette manifestation s’est déroulée sans altercation ni arrestation.

Une dernière manifestation a débuté au square Philips vers 19 h. Après quelques kilomètres de marche, des participants ont lancé des projectiles sur les policiers. Ceux-ci ont donc procédé à disperser les manifestants. Deux arrestations ont été effectuées au moment de l’altercation entre les manifestants et les forces de l’ordre.

 

photo : CAMILLE PAYANT MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi

Le journal indépendant des étudiantes et des étudiants de l'UQAM depuis 1980

Les Éditions Montréal Camping inc. Tous droits réservés.