À la uneSociétéL’UQAM fait la lumière sur le Li-Fi

Laurence Philippe Laurence Philippe5 avril 20183 min

L’UQAM est la première université québécoise à entamer des recherches sur le Li-Fi. En partenariat avec Global LiFi Tech, seule entreprise au Canada exploitant cette technologie, le professeur en gestion des opérations à l’École des sciences de la gestion Ygal Bendavid expérimente une adaptation dans différents marchés.

Le Li-Fi, une technologie qui permet d’accéder à Internet grâce à la lumière, est encore à ses balbutiements, bien qu’elle soit aussi prête à être implantée dans certaines entreprises. « Dans le cadre de nos recherches, on s’intéresse surtout à la faisabilité technique d’un projet et à sa viabilité financière pour les entreprises intéressées », explique M. Bendavid.

Similaire au Wi-Fi, mais puisant sa source par des lumières DEL, le Li-Fi serait une nouvelle façon d’accéder à Internet de façon plus sécuritaire. « Il est presque impossible de pirater un réseau Li-Fi, puisque la lumière ne traverse pas les murs, souligne le cofondateur et vice-président au développement de Global Lifi Tech, Patrick Burle. La personne qui l’utilise doit se trouver dans la zone précise de lumière pour y accéder. »

Il ajoute toutefois que le Li-Fi n’est pas voué à remplacer le Wi-Fi. « C’est plutôt une technologie supplémentaire qui va compléter une offre de connexion, puisqu’on entre dans une ère d’Internet des objets [soit l’échange d’informations et de données des objets qui se trouvent dans la réalité avec un réseau Internet] », précise-t-il.

« On est là pour couvrir les faiblesses de ce genre de technologies pour l’intérêt de l’innovation et non pour la vente », affirme l’étudiant à la maîtrise en impact des technologies sur les opérations à l’UQAM Mohamed Wael Hachani, qui participe aux recherches sur le Li-Fi.

Le progrès rapide de cette technologie explique l’importance d’intégrer des étudiants dans les recherches entourant le Li-Fi. Dans deux ou trois ans, la technologie sera déployée sur le marché, et il y aura alors un besoin criant de personnes ayant acquis ces compétences, pense le professeur Ygal Bendavid. « Ils solidifient leur expertise avec ces technologies. Lorsqu’ils sortent [de l’université], ils sont prêts à travailler pour combler le besoin en matière d’expertise technologique », souligne le professeur au Département de management et technologie.

Les chercheurs qui se penchent sur le Li-Fi à l’UQAM ne travaillent pas sur ces technologies dans l’optique de les vendre, mais plutôt afin de développer leur plein potentiel. Les avantages et les inconvénients du Li-Fi tendent donc à être mieux présentés aux futurs acheteurs et consommateurs, estime Patrick Burle.

« M. Bendavid et ses étudiants tentent de trouver des solutions aux problèmes que peut parfois poser cette technologie. Ils l’utilisent afin de l’améliorer pour pouvoir offrir des solutions aux entreprises intéressées, ajoute-t-il. Il y a toute une partie de recherche avec les réalités du marché qui est très importante pour notre compagnie. »

Dépasser les limites de l’Internet

Si le Wi-Fi a atteint la vitesse maximale possible à exploiter, le Li-Fi voyage quant à lui à la vitesse de la lumière, selon le cofondateur de Global LiFi Tech. La nouvelle technologie peut donc se déplacer jusqu’à 50 fois plus vite qu’Internet.

Patrick Burle et Ygal Bendavid s’entendent pour dire que l’UQAM pourrait entamer le déploiement du Li-Fi à l’intérieur de ses murs, bien que son coût plutôt élevé tend à restreindre son expansion pour le moment. Ils rappellent néanmoins que les installations de Li-Fi sont normalement testées dans des espaces plus limités.

Des cafés, des librairies et des firmes d’avocats ont tout de même contacté M. Bendavid afin de développer un prototype visant à implanter la technologie dans leur entreprise.

Le coût de cette dernière ne permettra pas de la voir apparaître dans les résidences dans la prochaine année. Le Li-Fi pourrait cependant faire son entrée dans les foyers d’ici trois ou quatre ans, d’après M. Burle.

 

photo : MICHAËL LAFOREST MONTRÉAL CAMPUS

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Le journal indépendant des étudiantes et des étudiants de l'UQAM depuis 1980

Les Éditions Montréal Camping inc. Tous droits réservés.