À la uneCultureLe parcours pas si fortuit de Guillaume Lambert

Félix Pedneault29 janvier 20183 min

Avec son premier long métrage intitulé Les scènes fortuites, Guillaume Lambert surprend avec une comédie dramatique qui s’inspire de son propre parcours.

Pour son premier film, le diplômé en théâtre de l’UQAM Guillaume Lambert voulait réaliser un court métrage existentialiste nommé Pourquoi? avec une apparition éclair de Denis Lavant, un célèbre acteur français. Dans Les scènes fortuites, le personnage de Damien Nadeau-Daneau tente de réaliser un court métrage nommé Pourquoi? avec une apparition éclair de Denis Lavant, un célèbre acteur français.

Pas de coïncidence dans l’idée de Guillaume Lambert, qui s’est mis en abîme dans un film tout à son image. « Ça s’est construit à l’instinct, j’avais des retailles de textes à gauche et à droite et je m’intéressais au grain du VHS », explique celui qui cumule les rôles de réalisateur, de scénariste et d’acteur. M. Lambert a d’ailleurs inséré de nombreuses vidéos d’archives de son enfance au montage.

« J’avais envie d’exploiter un personnage introverti dans un chaos où tous les personnages sont égocentriques », raconte M. Lambert. Dans Les scènes fortuites, Damien, le personnage qu’il incarne lui-même, passe de rencontre en rencontre. Tantôt tragiques, tantôt comiques, ces échanges sont tous d’une banalité très contemporaine, comme un souper entre amis complètement vide de sens.

On reconnaît la signature de celui qui joue dans Like moi! ou la web-série L’âge adulte, où l’on parodie le mode de vie des jeunes adultes en misant sur le malaise. « Il y a quelque chose dans le malaise qui me plaît. C’est le paradoxe qui cause beaucoup de comique. On ne sait jamais si le créateur rit de son public ou avec lui », confesse M. Lambert, amusé.

C’est bien le cas dans Les scènes fortuites, où Damien Nadeau-Daneau va constamment chez le docteur en espérant qu’on lui trouve une maladie, ce qui le mènerait enfin à un tournant de son existence. « Son élément déclencheur, c’est la mort de quelqu’un qu’il ne connaît pas », affirme M. Lambert en faisant référence au drame que vit Damien lorsqu’il apprend qu’un viaduc s’est écroulé sur une connaissance.

En réalisant son premier long métrage à 33 ans, Guillaume Lambert semble confiant, mais considère que rien n’est acquis. « En sortant de l’UQAM, je ne pense pas que les gens auraient misé sur moi », plaisante-t-il, lui qui a terminé son baccalauréat à l’École supérieure de théâtre en 2006.

Même au sortir de l’université, Guillaume Lambert ne savait pas précisément ce qu’il ferait dans la vie. « Je voulais faire du théâtre jeunesse, mais j’avais une voix trop grave pour ma face! », lance l’acteur avec humour.

Durant son passage à l’UQAM, Guillaume Lambert a d’ailleurs rencontré des collègues qui lui sont très proches et avec qui il œuvre désormais, comme Valérie Cadieux, qui incarne la sœur de Damien dans Les scènes fortuites.

Guillaume Lambert poursuivra certainement son parcours dans la réalisation et l’écriture. « Il y a un âge d’or de la série télé en ce moment avec un format revisité et de l’originalité dans la forme. J’aimerais m’embarquer là-dedans », espère l’artiste.

 

photo : Courtoisie Entract Films

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

À lire aussi

Le journal indépendant des étudiantes et des étudiants de l'UQAM depuis 1980

Les Éditions Montréal Camping inc. Tous droits réservés.