La médiocrité de l’être humain

Isabelle L'Héritier 25 février 2012 0

Croire au mal déconstruit l’image caricaturale de la famille parfaite au comble du bonheur, qui est véhiculée dans les médias et à travers la publicité. Oscillant entre le théâtre, la danse et la musique, le metteur en scène Jérémie Niel tente de faire ressortir le côté sombre et médiocre des humains en grattant les couches superficielles du bonheur de Zora, mère d’une famille dysfonctionnelle.

Dansant dans un décor épuré, les comédiens captent entièrement l’attention des spectateurs. Les dialogues sont plutôt laissés de côté et le message passe essentiellement par les chorégraphies dansées à caractère sexuel et impulsif. Le metteur en scène ne se gène pas de secouer le public en abordant des sujets âcres tels que le viol et la cruauté. Au point culminant de la pièce, dans un élan de détresse et de châtiment personnel, un des danseurs s’automutile les cuisses après avoir percuté frénétiquement la tête de Zora contre le sol.

Productions Pétrus, fondé en 2005 par Niel, tente de jauger le monde et d’en tirer un sens esthétique, à défaut de pouvoir en saisir le sens. En proposant une approche unique en son genre, les pièces produites par Pétrus offrent une approche artistique du désarroi et une tentative de compréhension du monde complexe dans lequel on vit. L’environnement sonore est omniprésent et guide l’évolution de la pièce. Les compositions du groupe montréalais We are Wolves, orchestrée par Jean-Sébastien Côté, amplifie les tensions entre les personnages et nous donnent l’impression d’être dans une bulle complètement déconnectée de la réalité. Bien peu de metteurs en scène osent le silence dans leur pièce. Jérémie Niel l’utilise sans gène afin de susciter la réflexion du spectateur et provoque intentionnellement des instants statiques. Tout le jeu tourne autour du non verbal, sauf un seul dialogue, sur la défaillance des familles modernes.

Croire au mal au Théâtre La Chapelle du 21 février au 3 mars 2012.

Crédit photo: Ulysse Lemerisse-Bouchard

Leave A Response »